Archives mensuelles : janvier 2012

Et si le temps avait pris le pas sur l’espace?

Image de prévisualisation YouTube

Le 23 janvier dernier, j’intervenais à l’ECS Paris (European Communication School) pour une Master Class consacrée à la communication 360°. D’où le titre que j’avais choisi, un tant soit peu provocateur pour des élèves censés être devenus experts de la communication 360 : « Le 360 est mort, vive le 365″. J’y développais la thèse d’un changement de paradigme dans la communication : avec le digital, la gestion du temps (365 jours par an), devient aussi importante, sinon plus que la gestion de la communication dans l’espace (360°). C’est d’ailleurs la raison du nom (TBWA\365) de l’agence digitale de TBWA\Paris. Nous sommes entrés résolument dans l’ère du marketing en temps réel, qui nous oblige à revoir nos modes d’organisation et d’action.  A l’issue de ma présentation, l’équipe TV de l’ECS (merci à David Maginot alias @DavidMgt7 et à Marcus Thouant aka @cucus), m’a proposé de faire un court résumé télévisuel de mon intervention, avec en prime, une question d’actualité au sujet de ma réaction à la fermeture de MegaUpload, qui venait d’être annoncée.  A vos commentaires ! ;-)

Effets du Kamagra est divers pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle choix est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

Et si on tordait le cou à dix idées reçues ?

Image de prévisualisation YouTube

Depuis toujours, nous sommes victimes d’un grand nombre d’idées reçues. Cette petite vidéo, repérée sur le blog Curiosity Counts de TBWA\Worldwide, a le mérite de faire un sort à dix d’entre elles, depuis le mythe de la muraille de Chine visible depuis l’espace, jusqu’au sang bleu qui coulerait dans nos veines. En quelques jours, cette vidéo a franchi la barre du million de vues sur YouTube. Les réseaux sociaux ne seraient-ils pas le meilleur moyen de rétablir les vérités ?

Effets du Kamagra est différent pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

Et s’il était temps pour les entreprises de se doter d’un idéal ?

Image de prévisualisation YouTube

Hier se déroulait à l’Espace Pierre Cardin à Paris, la conférence TEDx Concorde sur le thème de la diversité. Les conférences TEDx sont des évènements locaux inspirés par la conférence TED , dont la prochaine édition aura lieu à Long Beach du 27 février au 2 mars 2012. En attendant que les vidéos de TEDx Concorde d’hier soient disponibles, j’ai décidé de consacrer ce post hebdomadaire #JourDuPenseur à un thème qui m’est cher depuis quelques années : les innovations à valeur sociétale ajoutée, titre d’un article que j’avais publié dans le journal Le Monde en 2007, qui fut aussi le sujet de l’excellente intervention d’Elisabeth Laville (vidéo ci-dessus) lors de TEDx2011, consacrée au « développement durable 2.0″. Elisabeth (avec qui j’ai eu le plaisir de travailler juste avant qu’elle ne crée son cabinet Utopies), plaide pour l’intégration du développement durable dans l’offre des entreprises, et non simplement dans leur manière de produire :  « si on ne change pas l’offre, on ne change pas grand chose ». Pour résumer sa pensée : il vaut mieux produire des voitures propres dans des usines sales que l’inverse. Elle appelle à un changement de « business model » des entreprises afin qu’elles orientent leurs innovations et transforment les marchés et, par voie de conséquence, les comportements des consommateurs. Cette transformation des marchés au nom d’un idéal est aussi le thème principal d’un livre intitulé « Grow » que vient de publier Jim Stengel, l’ancien patron mondial du marketing de Procter & Gamble.

jim-sJim Stengel, né en 1955 en Pennsylvanie, a travaillé quatre ans chez Time.Inc avant de rejoindre le leader mondial de la grande consommation, Procter&Gamble, en 1983, entreprise dans laquelle il effectua toute sa carrière jusqu’à en devenir le Directeur Marketing Monde (de 2011 à 2008), avant de créer sa société de conseil qui vise à aider les marques et les entreprises à développer des marques et un business conduits par un « Idéal ». D’où le titre de son livre publié en décembre dernier  » Grow : how ideals power growth and profit at the world’s greatest companies ». Il fut reconnu Grand Marketer of the Year par le magazine Brandweek en 2005, et fut nommé par Fortune dans la Fortune Executive Dream Team en septembre 2011.

{A75A5CDB-86EB-4EB5-A089-8C515EA61D58}Img100Dans « Grow’, Jim Stengel développe la thèse selon laquelle les entreprises qui intègrent dans leur business model ainsi que dans leur offre une valeur sociétale ajoutée en ligne avec un idéal, sont aussi les plus profitables. Cette thèse est étayée par une lourde étude effectuée sur 50 000 marques en partenariat avec l’Institut Millward Brown et la UCLA Anderson School of Management, qui montre la corrélation entre les 50 business les plus profitables du monde et les marques et entreprises ayant su développé un idéal dépassant la consommation à l’exemple d’Apple, Discovery, Innocent, L’Occitane, Method, Natura, ou Stonyfield pour n’en citer que quelques unes. Pour Jim Stengel, se doter d’un « idéal » est le facteur ultime de croissance pour une entreprise. Il définit l’ »idéal » comme le plus haut degré de bénéfice délivré au monde par une entreprise ou une marque « . Cela peut-être « Delivering hapiness » à l’exemple de ce que Zappos écrit sur ses colis, ou  » Caring for Happy Healthy Develoment of Babies », positionnement de Pampers, dont Stengel fut en charge. Pour Stengel, cela n’est pas simplement une question d’altruisme ou de responsabilité sociale, mais bien un enjeu de business à court, moyen et long terme . L’étude met en évidence les principales valeurs sur lesquelles sont établi les « idéaux » des 50 entreprises les plus performantes : « Eliciting Joy » (Coca-Cola, Zappos…), « Enabling connections » (Starbucks, Natura..), « Inspiring explorations »( Apple, Discovery…), « Evoking Pride »( Calvin Klein, Jack Daniel’s…), et « Impacting Society » (Innocent, Method…). Jim Stengel recommande à toute marque ou entreprise de 1. Déterminer son idéal parmi les 5 champs de valeurs humaines, 2. Construire sa culture autour de cet idéal, 3. Communiquer cet idéal pour créer l’adhésion des collaborateurs et des consommateurs, 4. Délivrer une expérience client au plus près de l’idéal défini, et 5. Evaluer les progrès et les talents à l’aune de l’idéal en question. Pour Stengel, les entreprises à forte croissance sont et doivent être pilotées par des « business artists », des leaders dont le premier medium est l’idéal de leur marque. Inspirer un idéal est l’acte fondateur indispensable pour changer l’histoire d’une entreprise et d’un marché. Et si le temps était venu pour les entreprises de passer de l’idée à l’idéal ?

Image de prévisualisation YouTube



Effets du Kamagra est différent pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

Et si la guerre du golf se jouait sous vos yeux ?

Image de prévisualisation YouTube

Second #EclatDeRire de ce samedi, la vidéo ci-dessus, intitulée « The Golf War », déjà vue plus de 2 500 000 fois sur Youtube. Un convoi de voiturettes de Golf pris dans une embuscade. L’occasion de vous remontrer les films publicitaires golfiques les plus drôles de l’histoire de la publicité. ;-)

Image de prévisualisation YouTube

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

Et si le Superbowl 2012 ne manquait pas d’humour ?

Image de prévisualisation YouTube

Après Doritos (dont je vous parlais samedi dernier :  « Et si les chiens étaient les héros du Superbowl 2012 ?« ), c’est au tour de Chevrolet de nous proposer le film (ci-desssus) vainqueur de son challenge créatif, en avant-première du Superbowl qui aura lieu le 05 février. Au delà des nombreux films teasings en cours de diffusion (dont vous trouverez l’intégralité sur le blog de @LLLLITL en cliquant ici), les premiers films conçus pour le Superbowl 2012 déjà rendus publics méritent de figurer dans notre rubrique hebdomadaire #EclatDeRire. Je vous en laisse juge avec Audi, First Bank,  Priceline, et CareerBuilder (un film qui vient compléter la saga que vous pouvez retrouver en cliquant ici).

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

PS: Vous avez jusqu’au 5 février, date du Superbowl, pour gagner un des trois livres dédicacés du concours organisé par @LLLLITL sur sa page Facebook (cliquer ici).

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle choix est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

Et si votre iPhone clarifiait votre vie ?

Merci à Martin Thouroude (@anotherBiBuzz) d’avoir twitté la vidéo de démonstration de l’application CLEAR pour iPhone, qui devrait être disponible en février. Apparemment, l’application la plus simple et ergonomique pour gérer ses notes (ou sa liste de courses). Pour être informé de la sortie de l’appli, il vous suffit de laisser votre adresse mail en cliquant ici ! ;-)

clear

Effets du Kamagra est différent pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

Et si les visages parlaient en silence ?

Merci à Matthieu Chereau (@mchereau sur twitter, qui fut autrefois mon 2000ième follower) de m’avoir signalé le projet « Ca dure une minute« , réalisé par David Do Van Minh. Le principe est simple : démontrer que le visage peut parler sans qu’on ait besoin de parler, en une minute, via une série de portraits de 60 secondes. L’objectif de ces portraits est de transmettre une émotion dans son plus simple appareil, sans fioritures, sans « habillages ». Un face à face caméra où la sincérité prime et où le visage parle sans mot : « En une minute, il peut tout se passer. En une minute, il peut ne rien se passer. Une minute, c’est court, mais une minute, c’est long ».

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

Et si on feuilletait l’iPad ?

Image de prévisualisation YouTube

Le KAIST Institute of Information Technology Convergence en Corée du Sud vient de développer un prototype de lecture sur Ipad, qui vise à reproduire la possibilité de feuilleter un livre, en avançant de plusieurs pages à la fois. Il suffit d’utiliser deux doigts au lieu d’un seul pour avancer ou reculer de plusieurs pages. L’application permet également de « bookmarquer » des pages par la voix. Bien que supporter indéfectible des vrais livres (voir mon post « Et s’il était encore temps de sauver les livres ?« ), je ne pouvais pas vous cacher cette innovation, de nature à renforcer l’usage des e-books… Book ou e-books, le combat continue, l’essentiel étant que ce soit la lecture qui gagne ! ;-)

Effets du Kamagra est différent pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

Et si la sonnerie de portable faisait partie du concert ?

Image de prévisualisation YouTube

Avez-vous assisté récemment à un concert de musique classique sans qu’il ne soit interrompu par la sonnerie d’un portable ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que le violoniste Lukáš Kmiť, en concert à la synagogue Juive Orthodoxe de Presow, en Slovaquie, ne s’est pas laissé démonter par l’accident sonore. Ou comment transformer un problème en opportunité (de démonstration de son talent) ! ;-)

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

Et si nous étions tous concernés par Pipa et Sopa ?

Image de prévisualisation YouTube

Cette semaine, notre rubrique dominicale #JourDuPenseur est consacrée à un sujet complexe, mais qui nous concerne tous : la protection des droits d’auteurs. La fermeture de MegaUpload avant-hier (qui vient après celle de Napster en 2001 et de Kazaa en 2005) et la riposte immédiate des Anonymous, ont quelque peu occulté l’autre sujet majeur : la discussion sur les projets de loi Pipa (Protect Intellectual Property Act) et Sopa (Stop Online Piracy Act), qui devait reprendre la semaine prochaine pour obliger les fournisseurs d’accès à bloquer les sites étrangers qui offrent des contenus pirates et interdire aux moteurs de recherche de référencer ses sites. Je fais partie de ceux qui se battent pour la reconnaissance et la protection des droits d’auteurs, indispensable à la rémunération de la création. Mais je suis intimement convaincu que ces projets de loi américains mettent en péril la liberté d’expression et de création pour le monde entier. La mobilisation des citoyens américains, soutenue, entre autres, par Wikipédia (qui avait suspendu son accès en langue anglaise mercredi) et Google (qui avait masqué son logo en signe de protestation et a récolté plus de 7 millions de signatures), semble avoir pour le moment porté ses fruits, puisque le vote de mardi a été reporté à une date ultérieure, selon une dépêche datée de vendredi soir.  Dans une vidéo TED éclairante (ci-dessus), Clay Shirky nous explique la logique sous-jacente de ces projets de loi, les conséquences qu’ils pourraient avoir au-delà des USA pour les internautes du monde entier, et les raisons fondamentales de s’y opposer, en l’état actuel des choses.

imageClay Shirky, né en 1964, est un auteur américain, consultant et enseignant sur les effets économiques et sociaux des technologies Internet. Il enseigne à la New York University et à l’institut Arthur L.carter du journalisme. Auteurs de plusieurs livres sur les sujets Internet, il écrit régulièrement dans les colonnes de Business2.0, du New York Times, du Wall Street Journal, de la Harvard Business Review et de Wired. Il est considéré comme un spécialiste du peer-to peer et des réseaux sans fil. Il est membre de l’Advisory Board de la fondation Wikimedia.

imagine-a-world-without-free-knowledgeLes projets de loi SOPA et PIPA (équivalent de SOPA au Sénat) visent à enrayer le téléchargement illégal en permettant le blocage DNS, c’est à dire le blocage au niveau fondamental d’Internet, qui permet d’empêcher un navigateur Internet de trouver une page web des sites reconnus comme portant atteinte aux lois amércaines sur le droit d’auteur, cette disposition étant également valable sur les sites étrangers. Les textes actuels prévoient un déréférencement de ces sites dans les moteurs de recherche, et la capacité de geler les comptes de ces sites en matière de paiement électronique. SOPA, introduit à la chambre des représentants à la fin octobre 2011 par Lamar Smith, représentant du Texas, est soutenu également par certains démocrates. Pipa a été déposé au Sénat en mai dernier par le démocrate Patrick Leahy, avec le soutien des principaux producteurs d’Hollywood et de certaines grands producteurs musicaux. Les débats pour le vote étaient censés reprendre la semaine prochaine. Pour les associations de protection de la vie privée en ligne, SOPA et PIPA portent atteinte à la liberté d’expression. Mi-janvier, la Maison Blanche s’est désolidarisée de ces projets de lois : « Nous considérons que le piratage sur Internet est un grave problème qui nécessite une réponse législative sérieuse, mais nous ne soutiendrons pas une législation qui réduit la liberté d’expression, augmente les risques pour la sécurité cybernétique et sape le dynamisme et le caractère innovant de l’Internet mondial ». Ces lois américaines nous concernent doublement : en obligeant les fournisseurs d’accès ou les hébergeurs à filtrer a priori des sites accusés d’héberger du contenu illégal, ils inversent la charge de la preuve :  ce seraient les propriétaires de ces sites qui doivent prouver qu’ils ne sont pas coupables, et nous parlons ici non seulement des grands portails, mais potentiellement de tous les blogs qui renverraient par des liens sur des sites bannis par les USA. En effet, les textes actuels sont rédigés d’une manière floue qui donne la possibilité de restreindre l’accès à des sites non américains, y compris si un commentaire sur un blog comporte un lien vers du contenu enfreignant le droit d’auteur « made in America ». Une manière finalement d’imposer au monde un droit d’auteur version américaine. Plus que jamais, une gouvernance mondiale du numérique est nécessaire !

PIPA_SOPA_PROTEST_January18_2012_18_610x407

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle choix est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.