Archives mensuelles : octobre 2012

Et s’il y avait de bonnes raisons de pomper?

VW.preview

Le célèbre @joelapompe, auteur d’un excellent billet sur ce blog en 2010 ( » Et si le plagiat était l’avenir de la pub ?« ),  a eu la gentillesse de m’envoyer son nouveau livre « 100 visual ideas – 1000 great ads » pour que je lui dise ce qu’il m’inspirait. La réponse est : que du bon ! Une bonne surprise d’abord : la démarche de ce livre n’est d’être un simple remake du précédent qui mettait face à face les publicités qui se ressemblent le plus dans le monde, fortuitement ou non, en laissant planer l’hypothèse du plagiat. Il s’agit cette fois-ci du regroupement autour de 100 thèmes librement choisis par l’auteur (d’Abbey Road à Zombie, en passant par le Baby foot, Che Guevara, Einstein ou le Mont Rushmore…), de dix annonces par thème, qui y puisent à chaque fois leur créativité (voir les trois extraits du livre ci-dessous  sur les thèmes de Dark Vador, des lions et de la poupée Barbie ). Pour le dire simplement, Joe La Pompe passe utilement selon moi, d’une démarche dénonciatrice à une démarche inspiratrice, qui fait de ce livre un must pour les créatifs qui pourront voir immédiatement comment se démarquer des grandes campagnes déjà faites sur un thème donné, mais aussi pour les planneurs stratégiques ou les commerciaux qui verront là l’occasion de s’interroger sur le fonctionnement des idées visuelles dans leur métier.  actu_14686_vignette_bandeauficheComme je l’explique dans le chapitre consacré au « contexte culturel » dans mon livre « L’idée qui tue », il faut, quand on communique, savoir profiter des courants porteurs et des images universelles qui s’inscrivent dans « l’air du temps ». Parce que l’enjeu de la communication est d’intéresser le public et de le connecter avec la marque et le produit ou le service que l’on communique, la publicité a non seulement besoin d’un « insight » pertinent, mais aussi d’un symbole visuel attirant, issu de la culture collective la plus large possible si l’on veut couvrir le public cible le plus large, localement ou internationalement. C’est pourquoi les symboles culturels les plus largement partagés sont de nature à être empruntés publicitairement par des marques très différentes, sur des marchés et dans des pays très différents. Celà ne signifie pas que ces publicités seront in fine similaires, car, en définitive, le sens de l’image sera donné par les mots et par la nature de la marque émettrice. Personne ne peut confondre la géniale publicité ci-dessus pour les coccinelles (en anglais « beetles ») en Norvège, avec l’annonce faite en France pour l’Eurostar intitulée « un printemps à Londres » où l’on voit de vrais scarabées traverser un chemin de bandes boisées blanches, alors que pourtant, la source d’inspiration est la même : l’image mythique et universellement connue des Beatles sur la pochette d’Abbey Road. En poussant le bouchon plus loin, on pourrait même dire que tout symbole culturel visuellement fort et universel finira nécessairement par inspirer une ou plusieures idées publicitaires dans différents secteurs et dans différents pays. Plus le symbole est fort et universel, plus il est intéressant pour les marques qui trouvent le moyen de s’en emparer en le marquant de leur propre sens. La publicité pour le gel sculptant utilisant un lion en Afrique du Sud, n’est pas moins bonne, ni meilleure, que celle annonçant l’arrivée des kangourous au zoo de Buenos Aires avec un lion à l’oeil au beurre noir (ci-dessous). L’une et l’autre se contentent d’utiliser le symbole du roi de la jungle pour le tourner en dérision. Et tant que les publicités utilisant les symboles visuels similaires ne passent pas en même temps dans le même pays, il n’y a pas de téléscopage du point de vue du public. Parce que la publicité a besoin des symboles visuels les plus forts et les plus universels pour se connecter avec son public, Joe La Pompe aura pour longtemps de belles pages à écrire ! Et c’est tant mieux, pour les marques, comme pour leur public.

32

4850

23

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

Et si nous apprivoisions la crise ?

Image de prévisualisation YouTube

Comme tous les dimanches, c’est #JourDuPenseur consacré aujourd’hui au dernier livre de la philosophe Myriam Revault d’Allones intitulé  » La crise sans fin – Essai sur l’expérience moderne du temps », que j’ai pris le temps de lire dans l’avion en faisant un aller-retour à New York en début de semaine. Un livre qui prend un recul bienvenue par rapport à notre perception de la crise actuelle, en repartant des Grecs anciens, pour en déduire que nous vivons dans un état d’instabilité et d’inquiétude permanente, recouverte par ce que Kant appelle « la perspective consolante du progrès ». Les crises sont désormais devenues « La crise », qui manifeste une transformation de notre rapport au temps. Vous pouvez, au choix, lire ce livre (un peu ardu si vous n’êtes pas fan des livres de philosophie), ou écouter l’excellente interview donnée par l’auteur sur France Culture le 18 octobre dernier (vidéo ci-dessus).

797461-956851Myriam Revault d’Allonnes est philosophe, professeur des universités à l’École Pratique des Hautes Études. Elle a notamment publié Ce que l’homme fait à l’homme. Essai sur le mal politique (Seuil, 1995), Le Dépérissement de la politique (Aubier, 1999), Fragile Humanité (Aubier, 2002) et Le Pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité (Seuil, 2006) et L’homme compassionnel (Seuil, 2008). Elle a aussi dirigé chez Gallimard Jeunesse la collection « Chouette penser », qui propose des ouvrages illustrés de philosophie pour les enfants. J’avais consacré un #JourDuPenseur à Myriam Renault d’Allonnes en avril 2010 pour son précédent livre Pourquoi nous n’aimons pas la démocratie, sous le titre  » Et s’il fallait savoir renoncer à la démocratie ? » (cliquer ici).

9782021054040Dans La crise sans fin, Myriam Renault d’Allonnes nous propose de prendre de la hauteur historique et philosophique par rapport à la notion de crise, en repartant de l’étymologie. Crise vient du mot grec krisis qui désigne le jugement, le tri, la séparation, la décision : » il indique le moment décisif, dans l’évolution, d’un processus incertain, qui va permettre le diagnostic, le pronostic, et éventuellement la sortie de crise ». Dans le domaine médical, la crise est le moment où l’on doit décider du traitement du malade. Le terme de crise revient au 18ème siècle, époque de la crise autant que des Lumières, appliqué à l’économie, avant que le 19ème siècle n’utilise le terme pour définir toute période de trouble, et que le 20ème siècle ne le banalise dans toutes les sphères (politique, économique, sociale, culturelle…), au moment où le dogme progressiste est remis en cause. Alors que par le passé, « les crises étaient des étapes nécessaires », des ruptures utiles pour le progrès, « la crise globale au sein de laquelle nous avons le sentiment de vivre aujourd’hui marque un retournement radical » d’un monde en quête d’un nouveau sens. Pour Myriam Renault d’Allones, la crise n’est pas un concept, mais une métaphore, qui nous oblige à élaborer une autre compréhension de la réalité (et de la modernité). Une métaphore qui ne rend pas seulement compte d’une réalité objective, mais aussi d’une expérience vécue. Elle dit la difficulté de l’homme contemporain à envisager son orientation vers le futur.  Pour elle, comme pour Husserl, « la crise est due au fait que le mode de penser technique, issu de la fin de la Renaissance a produit une sorte de « réification » du monde et provoqué l’inadéquation des sciences et de leurs progrès par rapport au sens et à la valeur de l’existence humaine ». L’auteur rejoint Hannah Arendt qui pense que la crise « contraint l’homme à refigurer son rapport au monde et au temps ». Nous n’avons d’autre chance que de prendre un nouveau départ dans une modernité où  » le temps est devenu irrémédiablement la dimension de l’incertitude absolue ». La crise ne nous enferme dans aucune fatalité, elle exige une réorientation du regard si l’on en croit la conclusion du livre de Myriam Renault d’Allones :  » C’est à nous de choisir une certaine orientation dans le monde, un fil conducteur en quelque sorte : en nous installant soit dans la cage, soit dans la brèche ». Personnellement, j’ai choisi de creuser la brèche, qu’Edgar Morin appelle La Voie, seule capable de nous conduire à la métamorphose dont notre humanité a besoin  (cliquer ici) ! Et si nous assumions l’état permanent de crise pour mieux nous en échapper ?

La-chrysalide

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

Et si on remplaçait les mots par des chiffres?

Comme tous les samedis sur ce blog, c’est #EclatDeRire avec les meilleures campagnes publicitaires humoristiques du monde entier. J’ai découvert hier via twitter la campagne d’Adobe, conçue par Goodby Silverstein San Francisco (groupe Omnicom) sur le thème « Metrics, not myths » pour vanter les mérites de ses outils de mesure du « Social Media ». Entre le « Marketing Bullshit detector » qui détecte les buzzwords inutiles, et l’éducation à l’anglaise pour apprendre à tenir compte du ROI des médias sociaux, nous voilà désormais prévenus : « less talks, more results ». Le digital changerait-il d’époque ? ;-)

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

Et si la couleur était l’expression de l’instinct ?

Image de prévisualisation YouTube

« Instinct of Color », c’est le nom du premier film de marque conçu par DAN Paris, l’agence parisienne du réseau mondial digital de TBWA (anciennement TBWA\365), pour OPI, le leader mondial des produits professionnels pour les ongles, d’origine californienne, réputé pour la qualité et l’originalité de ses couleurs, avec en particulier plus de 200 teintes de laque. Sur la musique du groupe de DJ français C2C, le film met en scène quatre danseuses et un étalon (entrainé par le célèbre dresseur Mario Luraschi), dans une « battle » surréaliste leur permettant de s’exprimer chacun dans le style inspiré par la couleur phare de la marque qu’ils portent et représentent (Pink-ing of You, Red My Fortune Cookie, Need Sunglasses?, No Room for the Blues, et Lady in Black pour l’étalon). Comme le rappelle Suzi Weiss-Fischmann, directrice artistique de la marque  » Nail lacquer can change your look, and your outlook. Today, nail color can convey feelings and emotions, expressing on the outside what the wearer is feeling on the inside ». Nietzsche n’aurait pas manquer d’ajouter : « le génie réside dans l’instinct » !

OPI-InstinctOfColor

Effets du Kamagra est varié pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

Et si c’était la comparaison publicitaire la plus longue de l’histoire ?

Image de prévisualisation YouTube

Faire l’expérience d’une autre vie : c’est la proposition que nous fait le Maroc en nous donnant les moyens de comparer notre vie quotidienne avec celle que nous pourrions vivre au soleil. Depuis ce lundi 22 octobre, en cliquant sur youtube.com/visitmorocco, les internautes peuvent visionner  – en temps réel – 24 heures complètes de la vie d’un couple de jeunes européens et choisir de voir en parallèle ce même couple, à la même heure, en train de vivre les délices d’un séjour au Maroc. Vous pouvez à tout moment voir en écran principal la vie du couple en Europe, ou décider de voir en écran principal sa vie au Maroc, tout en gardant un écran de contrôle, qui vous permet de juger de la différence. Ce principe de passage d’un écran à un autre est rendu possible par une technique inédite de fragmentation du player sur YouTube. Vraie prouesse vidéo, il a fallu aux équipes de l’agence BDDP&Fils (groupe TBWA) en charge de la campagne, tourner 2 x 24 heures utiles de plans séquence pour concevoir le film publicitaire le plus long du monde, dont le record est en cours d’homologation par le Guiness Book des Records.

3 - Chaine

Cette opération fait suite à la création cet été sur le web du « Movement For More Summer » qui s’était concrétisée par diverses manifestations à Barcelone, Milan, Berlin et Bruxelles, avec la participation de  joyeux utopistes qui poursuivent le combat via leur Fan page sur Facebook (cliquer ici) déjà suivie par plus de 33 000 fans.

Manif Paris

Pour accompagner le mouvement, une campagne d’affichage événementiel débutera le 29 octobre dans toute l’Europe, renvoyant sur la chaine YouTube/visitmorocco.

Print MFMS 1

Print MFMS 2

Print MFMS 5

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

Et si vous comptiez sur les marques pour pimenter votre vie ?

Image de prévisualisation YouTube

Vous vous souvenez surement de l’excellent film The Game, réalisé par David Fincher en 1997, où Michael Douglas se voyait offrir un cadeau d’anniversaire peu banal dans un jeu mettant sa vie à l’épreuve ? Sans pousser le bouchon aussi loin, les marques à la recherche de buzz pratiquent de plus en plus  « l’expérientiel filmé » en prenant leurs clients par surprise et en leur offrant une émotion supplémentaire dans leur vie quotidienne. Après le fameux « Push to add drama » qui a dépassé les 37 millions de vues sur YouTube où les passants  étaient les spectateurs d’un événement joués par des figurants, les voici désormais acteurs, participants au jeu, volontairement ou involontairement. Ce mois-ci, LG (vidéo ci-dessus) nous démontre de manière spectaculaire la qualité de reproduction « Real Life » de ses écrans incrustés dans le plancher d’un ascenseur. Et Coca-Cola en Angleterre, à l’occasion du  lancement de Skyfall, donne à ses clients 70 secondes pour réveiller le James Bond qui sommeille en eux ! Jusqu’où ira la gamification de notre vie par les marques ? A vous de jouer !

Image de prévisualisation YouTube

Effets du Kamagra est varié pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

Et s’il était l’homme du XXème siècle ?

IMG_3901

Celles et ceux qui me suivent sur twitter ou facebook savent que, vendredi soir, j’étais chez Sacha Goldman, secrétaire général du Collegium international (cliquer ici) en compagnie de Stephane Hessel, entouré de quelques uns de ses plus proches amis, dont le philosophe et sociologue Edgar Morin (voir « Et si notre désintégration devenait métamorphose ? « ), l’économiste René Passet (voir  » Et si l’économie cédait la place à la bioéconomie ? « ), et Gabriel Cohn-Bendit pour n’en citer que quelques uns, afin de célébrer la sortie d’un numéro de Libération Hors-Série « titré L’homme d’un siècle » qui lui est entièrement consacré. C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui un @JourDuPenseur spécial Stéphane Hessel, un homme hors du commun que j’ai eu le bonheur de cotoyer au cours de ces dix dernières années dans le cadre des activités et réflexions du Collegium International, dont le dernier ouvrage est paru cette année sous le titre  » Le monde n’a plus de temps à perdre »avec des contributions de Stéphane Hessel, mais aussi Mirelle Delmas-Marty, Michael W.Doyle, Bernard Miyet, Edgar Morin, René Passet, Michel Rocard, et du philosophe allemand Peter Sloterdijk.

9782918597681

Stephane Hessel est la démonstration vivante du concept SlashGen de mon ami @PPC (cliquer ici), démontrant à quel point nous avons plusieurs vies dans notre vie : immigré/déporté-évadé(trois fois)/résistant/diplomate/militant/conscience morale … Jean-Michel Helvig raconte, en mots et en images, dans ce numéro spécial remarquable de Libération, les 9 vies de Stéphane Hessel :

1• Sa jeunesse au sein d’un « ménage à trois » qui a inspiré le film de François Truffaut « Jules & Jim »

2• Les années de résistance, qui lui ont valu de s’évader trois fois et de sortir vivant du camp de Buchenwald avant de rejoindre De Gaulle à Londres

3• La mise sur pied de l’ONU à New York au sein de l’équipe qui rédige la Déclaration Universelle des Droits de l’homme en 1948.

4• Sa participation en tant que diplomate à la décolonisation dans les année 60, tout particulièrement en Algérie

5• Son retour au Quai d’Orsay en charge de la coopération et de diverses mission

6• Son poste d’ambassadeur de France auprès de l’ONU à Genève jusqu’à sa retraite officielle en 1981, à l’âge de 65 ans

7• Son engagement aux côtés de Michel Rocard et sa nomination au Haut Conseil pour l’Intégration, qui le conduira, plus tard, à se mobiliser aux côtés des sans-papiers

8• La fondation du Collegium International pour une meilleure gouvernance mondiale : un projet ébauché en 2000, héritier des réflexions du « Groupe des dix » post-68.

9• Jusqu’à son indignation contagieuse (« Indignez-vous » a été vendu à plus de 4,5 millions d’exemplaires dans le monde entier, et a inspiré le mouvement des Indignés dans de nombreux pays) et son engagement écologiste, réaffirmé dans la motion « Oser plus loin, plus vite », qu’il vient de soutenir devant le parti socialiste avec Pierre Larouturou, fondateur du comité Roosevelt dont Stéphane Hessel est un des piliers.

On peut ne pas être d’accord avec toutes les prises de position de Stéphane Hessel, et certains lui ont reproché sa forme de soutien à la cause de l’Etat Palestinien, mais personne ne contestera que Stéphane Hessel est un être exceptionnel, d’une intelligence, d’une culture et d’une sensibilité rares. Il a su donner son humanité à l’humanité pour la faire avancer. Il est, avec Edgar Morin (photo ci-dessous prise vendredi soir), l’un des hommes que j’admire le plus. Je lui souhaite, avec un jour de retard, un excellent 95ème anniversaire et je profite de ce post pour le remercier publiquement pour tout ce qu’il a apporté à toutes celles et ceux qu’il a su, comme moi, profondément inspirer et qu’il continuera d’inspirer encore longtemps.

IMG_3906

Effets du Kamagra est divers pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

Et si le rire ne se couchait jamais ?

Image de prévisualisation YouTube

Retour de notre rubrique hebdomadaire du samedi #EclatDerire, des meilleures publicités humoristiques mondiales, avec cette semaine un #EclatDeRire asiatique, pour célébrer la naissance de la chaine YouTube de Advertising Times (cliquer ici), conçue par  notre ami David Chiche. Plus de 800 spots TV dont un grand nombre de campagnes japonaises qui nous plongent dans une culture publicitaire où l’humour n’est pas absent, et où l’on cultive tout particulièrement l’art de la chute ! ;-)

Image de prévisualisation YouTube Image de prévisualisation YouTube

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

Et si vous vous protégiez des check-ins précédents ?

Dans la lignée des grandes campagnes de prévention incitant à l’usage de préservatifs dont je vous avais déjà parlées sur ce blog (voir « Et si le plaisir ne tuait plus ?« , « Et si le zizi de Aides en avait deux en or ?« ), voici une campagne finlandaise bien pensée, qui devrait être de nature à toucher nos enfants au bon moment et au bon endroit ! Disponible en version masculine (ci-dessus), et en version féminine (ci-dessous). A diffuser sans modération…Vive les idées qui sauvent !

Effets du Kamagra est divers pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

Et si l’indécision ne menait nulle part ?

Image de prévisualisation YouTube

Si vous me suivez sur twitter, vous savez que je me trouvais ce matin à la conférence de presse de lancement du nouveau site Les Echos, et de l’annonce des changements à venir pour la version papier du premier quotidien français d’information économique. Dès maintenant, en vous connectant sur LesEchos.fr, vous pourrez voir les principaux changements opérés : une nouvelle interface, un portail Bourse encore plus complet, des communautés professionnelles fédérées par Les Echos Business, le regroupement de toutes les vidéos dans la rubrique TV, et la toute nouvelle rubrique Lifestyle. C’est le 14 novembre que vous pourrez découvrir la version papier relookée, et le 16 novembre, le tout nouveau supplément WE (pour week-end). C’est l’agence BDDP&Fils (une des agences du groupe TBWA en France) qui a été choisie, après compétition, pour communiquer la nouvelle vision de la marque Les Echos à cette occasion. Parce que Les Echos est la marque préférée des décideurs, l’agence a proposé de faire de la lutter contre l’indécision un véritable combat. Dans un monde de plus en plus incertain, le risque de l’indécision paralysante est partout, dans tous les domaines, de la politique au social, en passant par le domaine économique. L’indécision généralisée mine la croissance et le progrès. C’est d’autant plus paradoxal que nous savons tous que, plus le monde est incertain, plus il faut agir et décider. Plus la météo est turbulente, plus le pilote doit prendre les bonnes décisions au bon moment, et non s’abandonner aux vents violents. C’est pourquoi la campagne télévision (voir film ci-dessus), print (visuels ci-dessous), et radio (cliquer ici), signée « Les Echos – Place aux décisions », a choisi de rappeler avec humour à quel point il est important et urgent de savoir prendre les bonnes décisions, en limitant la phase d’hésitation ou d’attente. Il faut savoir décider, en étant le mieux informé possible, ce qui est bien la vocation des Echos dans son domaine. Ce qu’Arnaud Roussel, réalisateur du film, ne savait pas pendant le tournage, c’est que le film serait diffusé pour la première fois le lendemain de l’exploit de Félix Baumgartner. Si vous avez regardé, comme moi, sa conférence de presse du héros d’hier soir, vous aurez surement relevé que, selon lui, la décision la plus difficile à prendre n’avait pas été de sauter dans le vide, mais de ne pas ouvrir son parachute de secours pour être sur de battre le record, au moment où il partait en vrille… Savoir décider vite et bien, c’est ce qu’il peut nous arriver de mieux dans la vie !

1_les_echos_maybe

2_les_echos_veni_vidi

3_les_echos_j_accuse

4_les_echos_je_pense

5_les_echos_pere

Effets du Kamagra est différent pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle choix est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.