Archives mensuelles : janvier 2013

iphonewhite

ET SI ON REINVENTAIT LA MANIERE DE JOUER SUR FACEBOOK ?

iphonewhite

C’est lors d’un déjeuner à Hong Kong aujourd’hui que Joanne Lao, qui dirige TBWA\ Hong Kong, m’a fait découvrir la toute dernière innovation développée par TBWA\DAN Hong Kong (Digital Arts Network) pour l’opérateur mobile one2free, qui permet, pour la première fois au monde, de jouer directement dans sa timelime ou dans son newsfeed facebook, sans avoir besoin de télécharger une application extérieure. « One2free Invaders », lancé vendredi dernier, est le premier de toute une série de jeux qui seront édités chaque mois par one2free, inspirés par des grands classiques du jeu tels Space Invaders, Snake ou Frogger, avec l’intégration d’éléments typiques de Hong Kong comme le Star Ferry, ou la Hong Kong Skyline. Les jeux sont développés à la fois en Flash et en HTML5 pour permettre un usage sur tous les supports connectés à internet. Cette démarche vise à promouvoir la Game Box de one2free, et à renforcer le concept de la marque qui définit sa mission comme « always looking for new ways to bring fun to Hong Kong ». Attention, j’en ai fait l’expérience, ce jeu est TRES addictif ! Pour jouer immédiatement, cliquez ici ! Et si vous voulez faire baisser la productivité de vos amis pour qu’elle ne soit pas supérieure à la vôtre, n’oubliez pas de cliquer sur « partage ». Vous pourrez également ainsi comparer votre meilleur score à celui de vos amis.

English_FB

Effets du Kamagra est divers pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle choix est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

affiche-concours_1358783869511-jpg

ET SI TOULOUSE ETAIT EQUIPEE DE DISTRIBUTEURS D’IDEES?

affiche-concours_1358783869511-jpg

Transformer les Toulousains en distributeurs d’idées pour leur ville, c’est l’initiative originale prise par quatre étudiantes du Master Administration et Gestion de la Communication (AGCOM) de l’Université Toulouse 1 – Capitole (Maurane Boulanger, Mélanie Auriol, Tifenn Lecat et Georgia Dimitrakopoulou), en lançant à Toulouse, le concours “ Et si l’idée qui tue, c’était la vôtre ? “. Du 1er février au 22 février 2013, tous les Toulousains qui le souhaitent sont invités à déposer leurs idées innovantes pour la ville grâce à un formulaire disponible via QR Code (ci-dessous) sur l’affiche diffusée dans Toulouse par CBS Outdoor, téléchargeable sur internet (Formulaire de dépôt des idées), via facebook (« L’idée qui tue 2013 ») ou Twitter (@ideequitue2013) . Parce que Toulouse est une ville inspirante et créative, l’objectif de ce concours, réalisé avec le soutien de la Mairie, est de révéler des idées et des talents qui contribuent à faire rayonner la ville. La formulation de l’idée proposée doit bien évidemment commencer par “Et si … ?” et pourra se présenter sous la forme d’un texte, d’une vidéo, ou d’une photographie. Un jury composé de professionnels de la communication et de journalistes (parmi lesquels se trouveront des représentants des partenaires de l’opération : Mairie de Toulouse, MyFeelBack, CBS Outdoor, Objectif News, Toulouse FM et TBWA\Compact, l’agence toulousaine du groupe TBWA\France), sélectionnera les dix meilleures idées du concours. Celles-ci seront ensuite soumises, début mars, au vote des internautes qui éliront les cinq idées gagnantes. Ces cinq idées seront au coeur de la conférence que je donnerai le 15 mars 2013 en fin d’après-midi sur le thème des “Idées qui tuent”, à l’Université Toulouse 1 – Capitole, et qui permettra de déterminer l’idée qui a le plus fort potentiel, et la plus grande capacité à être réalisée. Je profite de ce post pour remercier Maurane, Mélanie, Tifenn, et Georgia, qui ont su transformer ce qui aurait pu n’être qu’une conférence de plus autour de mon livre « L’idée qui tue », en une initiative créative, communicante et je l’espère, utile, de crowdsourcing citoyen !
72323_545850035434076_404481871_n

Effets du Kamagra est différent pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

man_stevecutts

ET S’IL ETAIT TEMPS DE CHANGER LE COURS DE L’HISTOIRE?

Déjà près de 2 millions de vues pour ce court-métrage intitulé « MAN », réalisé par l’anglais Steve Cutts en animation Flash et After Effect. Sur la musique de Grieg (In the Hall of the Mountain King), il nous raconte l’histoire de l’homme et de son environnement. Histoire de nous donner envie de changer la fin de l’histoire !
Le #FilmQuiTue de ce début de semaine sera t’il un #FilmQuiSauve ?

man-by-steve-cutts

Effets du Kamagra est divers pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

apocalypse-martin-starr

ET S’IL N’Y AVAIT PAS D’IDEE SANS DANGER ?

Le SUNDANCE FILM FESTIVAL, premier grand rendez-vous annuel de l’industrie du cinéma en 2013 qui se tient chaque année à Park City (UTAH), s’est clôturé le week-end dernier par la présentation en avant-première d’un premier trailor du film JOBS, qui sortira en avril prochain avec Ashton Kutcher dans le rôle de Steve Jobs. Dans l’extrait ci-dessus, Steve Jobs essaie de convaincre Steve Wozniak (interprété par Josh Gad), dans le parking de Hewlett Packard, de se lancer dans l’aventure du micro-computer. Un Steve Wozniak qui trouve l’idée commercialement dangereuse :  « Although we have developed something that we like, nobody wants to buy a computer. None », ce qui appellera la célèbre réponse de Jobs :  « How can anyone know what he wants if he has not yet seen what it is? ». L’aspect « dangereux » des idées est aussi le thème du court-métrage qui a généré le plus de buzz cette année (vidéo ci-dessous). Intitulé Apocalypse, et réalisé par Andrew Zucherotat, il met en scène de jeunes adultes dont la tête explose chaque fois qu’ils émettent une idée, menaçant de les emporter tous jusqu’au dernier. Une manière radicale de nous rappeler que les idées ne vont pas sans risque ! Les idées fortes sont forcément des idées qui tuent, qui prennent le risque de s’attaquer à des idées reçues préexistantes. Mais comme disent les anglo-saxons, « High risk, high return » ! Il n’y a pas de vie sans danger, et il n’y a pas d’idée sans risque. C’est aussi ce que pensait Oscar Wilde :  » An idea that is not dangerous is unworthy of being called and idea at all  » (« Une idée qui n’est pas dangereuse ne mérite pas d’être appelée une idée »).

Son succès sur les réseaux sociaux et la présence de l’acteur Martin Starr n’ont pas suffi à APOCALYPSE pour gagner le prix de la catégorie court-métrage, qui a été emporté par CATNIP – Egress to Oblivion, de Jason Willis (ci-dessous). Quinze des courts-métrage sont disponibles sur YouTube (cliquer ici), dont le film BROKEN NIGHT, réalisé par Guillermo Arriga, le scénariste de BABEL (tout en bas de ce post). Les deux grands vainqueurs du Festival sont d’une part le film FRUITVALE (Audience Award et Grand Jury Prize dans la catégorie Drama), réalisé par Ryan Coogler dont vous pouvez voir l’interview ci-dessous, et d’autre part le documentaire BLOOD BROTHER, de Steve Hoover (Audience Award et Grand Jury Prize dans la catégorie documentaire), qui raconte l’histoire d’un jeune homme venant en aide à un enfant séropositif, dont vous pouvez voir la bande-annonce ci-dessous.





Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

130124_607xf_pluson_buzz_frank_rose_sn635

ET SI LE STORY-TELLING DEVENAIT DE PLUS EN PLUS IMMERSIF ?

Comme tous les dimanches sur ce blog, c’est #JourDuPenseur consacré aujourd’hui à l’excellent livre du journaliste américain Franck Rose, publié en anglais en 2011 et récemment disponible en Français, intitulé « Buzz » en Français, et « The Art of Immersion » en anglais, ce qui me semble être un titre nettement plus juste pour un livre consacré à la narration immersive . Franck Rose y décrit de manière très vivante comment le digital et l’interactivité transforment radicalement l’écriture du cinéma (Avatar), de la télévision (Lost), des jeux vidéos (Les Sims) et de la publicité, en les rendant plus interactifs et transmédias. L’approche participative initiée au Superbowl par Coca-Cola (voir le film ci-dessus sorti cette semaine), où l’on voit s’affronter trois équipes : des cowboys, des danseuses et des pirates du sable, en est une bonne démonstration. Dans une logique de contenus qui marrie la démarche du feuilleton à celle du jeu, Coca-Cola n’a dévoilé, pour le moment, que la première minute de l’histoire, proposant aux internautes de se rendre sur le site CokeChase.com afin de voter pour l’équipe gagnante, qui fera l’objet d’un spot spécifique à l’issue du Superbowl. Vous pouvez en profiter pour saboter l’avancée des équipes adverses et visionner ainsi toute une série d’autre films, qui construisent une histoire dont vous êtes le maitre. C’est ce que Franck Rose appelle du « deep media » : « des histoires non seulement divertissantes, mais aussi immersives, qui nous plongent bien plus profondément  dans leur univers que l’écriture linéaire classique ».

Franck Rose (qui se présente dans la vidéo ci-dessus), est un journaliste qui a travaillé pour le New York Times, Esquire, Première, Vanity Fair, Rolling Stones et Village Voice. Autrement dit, un spécialiste des industries culturelles. On lui doit en particulier des articles dans Wired, aujourd’hui devenus légendaires tels « Philippe K.Dick », « Alternate reality games », ou encore « Avatar ». Buzz, dont le sous-titre est  » Comment la génération digitale façonne Hollywood, Madison Avenue et notre manière de raconter les histoires – est son premier livre publié en France. Comme le souligne le journaliste Peter Biskind, ancien rédacteur en chef de Première aux Etats-Unis,  » The Art of Immersion est un livre qui nous permet de réaliser à quel point le Net révolutionne la création culturelle, et pourquoi il ne sera plus possible désormais de concevoir, ni même de regarder un film ou une série de la même façon qu’autrefois ». Alimentée par les réseaux sociaux, la narration immersive brouille désormais les limites entre fiction et réalité, entre auteur et lecteur, entre divertissement et publicité, entre récit et jeu.

Pour Franck Rose, l’un des exemples les plus aboutis de démarche narrative immersive, est celui du lancement du film The Dark Knight en 2008, pour lequel avait été créé un « jeu de réalité alternative » intitulé « Why so serious ? » (vidéo ci-dessus), qui a mobilisé pendant 14 mois près de 10 millions de personnes à travers le monde. La campagne a été couronnée d’un Grand Prix au Festival de Cannes de la publicité en 2009. Elle marque l’apparition d’une nouvelle forme de fiction interactive qui explore la frontière entre divertissement et publicité autant qu’entre fiction et réalité, un peu à la manière du film The Game (1997) avec Michael Douglas et Sean Penn. Franck Rose est convaincu qu’Internet réinvente la nature même du marketing : « Pendant des siècles, le commerce occidental s’est fondé sur une idée simple : je te donne de l’argent, tu me donnes quelque chose de valeur. Mais, comme un marchand de tapis qui offre le thé à son client avant de parler affaires, les annonceurs finissent par comprendre qu’ils doivent séduire et divertir leur client, que ce soit avec un téléchargement gratuit sur iTunes ou un jeu en réalité alternée ». Il faut désormais parler d’expériences qui mélangent notre vie réelle à notre imaginaire. C’est ce qu’ont compris très tôt les japonais avec les mangas déclinés en romans, jeux vidéo et figurines : une seule et même histoire peut être racontée sous plusieurs formats à la fois.

Ce qui est vrai pour la narration publicitaire est également vrai au cinéma, et l’avènement de la 3D en est le symbole. Le film Avatar en est probablement l’exemple le plus abouti. Avatar, tout comme Star Wars qui avait tellement marqué James Cameron, n’est pas simplement un film, mais un monde. Pour James Cameron interviewé dans la vidéo ci-dessus,  » la complexité d’un film comme Avatar se doit d’être quasi fractale : le spectateur lambda doit pouvoir apprécier le film sans creuser les détails secondaires, mais, pour un vrai fan, il suffira d’augmenter la résolution pour qu’apparaisse toute une nouvelle série de motifs. Mais pas besoin de savoir tout ça pour en profiter, c’est simplement là si on en a envie. Pour moi, c’est le meilleur de la science-fiction ». Pour Cameron, l’intérêt de la 3D est justement de nous aspirer dans son monde : la vraie star d’Avatar, c’est Pandora ! Tout comme Star Wars, l’univers d’Avatar appartient désormais à ses fans. Ils en contrôlent l’histoire presque autant que les auteurs ne la contrôlent.

Selon Franck Rose, l’industrie des médias n’a pas seulement perdu le contrôle des horaires et de l’audimat de diffusion de ses contenus, c’est le déroulement même de la narration qui lui échappe, et qui devient co-construit avec l’audience. La construction du succès des séries télé à succès en témoigne, à l’exemple de LOST, Mad Men, ou The Office. Lost est un cas particulièrement intéressant car le feuilleton n’est pas véritablement interactif, mais il crée un environnement dans lequel les gens ont besoin de se parler pour comprendre toute l’histoire. C’est une série qui encourage les gens à faire attention à tout. Lost s’appuie sur des effets d’accumulation et la révélation sélective d’informations. Cette rétention délibérée de l’information crée l’illusion de l’interactivité. L’aspect participatif de Lost est en fait le résultat du contrôle strict exercé par ses créateurs. Des créateurs qui prennent en compte la réaction des fans dans l’élaboration des scénarios. « Si les individus qui composent le public « co-créent » une histoire dans un échange avec l’auteur, alors toute la notion de contrôle se brouille : l’auteur initie l’histoire, le public la complète ».

La construction d’univers immersifs, c’est aussi le principal enjeu des jeux vidéo, depuis le mythique MYST (vidéo ci-dessus), ce jeu inventé par les frères Rand et Robyn Miller qui sera le plus vendu de sa décennie, avant que ne lui succède les Sims et tous les jeux de tir type Halo. A la différence de Myst, préprogrammé, c’est la possibilité de narration générée par l’utilisateur qui fera le succès des Sims, créateur de « mondes ouverts », repris ensuite par la plupart des jeux qui connurent le plus grand succès. Grand Theft Auto, par exemple, démultiplie les interactions créant des chemins d’expérience différents pour chaque utilisateur au sein du jeu : « Parce que ce sont des simulations, les histoires qui sortent de jeux comme Grand Theft Auto sont imprévisibles, même pour leurs auteurs ».

Dans cette création d’univers dans lesquels on se laisse emmener comme Don Draper, le héros de Mad Men, dans sa chute (générique ci-dessus), les réseaux sociaux jouent de plus en plus un rôle majeur. Les internautes peuvent désormais participer beaucoup plus activement, en allant jusqu’à prendre la place de leur héros : les comptes twitter des principaux héros de Mad Men (Don Draper, Betty Draper, Roger Sterling…) sont tenus par des fans sans l’autorisation des auteurs de la série ! Après avoir envisagé de les faire fermer, AMC, la chaine qui diffuse la série, a du faire machine arrière face aux réactions spontanées dela twitosphère ! Désormais grâce aux réseaux sociaux, « Films et séries télévisées ne nous laissent plus affalés sur un sofa, mais forment un véritable catalyseur pour l’imagination ». Franck Rose nous rappelle, qu’en tant qu’animaux sociaux, nous avons besoin de réactions sociales pour garder nos repères et « nous semblons gagner autant à fournir ces informations qu’à les recevoir ». Parce que raconter une histoire nous offre une chance d’attirer l’attention des gens autour de nous. Du coup, nous entrons en compétition pour les raconter, pour ajouter des détails aux histoires d’autres personnes, pour les commenter, et fortifier nos liens avec les autres car « les histoires établissent les normes et articulent les mythes identitaires ». De fait, les médias sociaux fonctionnent grâce à l’empathie : « Dans le jeu des réseaux sociaux, amis et followers sont des plus attrayants à collectionner : Twitter fonctionne en écrasant les degrés de séparation ». Les annonceurs et les agences l’ont bien compris : « ils doivent désormais non seulement divertir leur public, mais aussi le prendre à partie, l’inviter à participer, le laisser s’immerger, et la vraie immersion ne se passe pas à la télévision, mais en ligne ». En encourageant les consommateurs à être à l’origine de la manière de percevoir la marque tout en orientant subtilement cette perception, le publicitaire peut aider la marque et ses consommateurs à ne faire plus qu’un : « la publicité interrompait autrefois la programmation de la vie. La publicité aujourd’hui EST la programmation ». Le succès de la « Happiness Factory » de Coca-Cola en est un bon exemple : une fantaisie animée imaginée avec tant de détails et produite de manière si divertissante qu’elle aurait pu devenir un monde immersif à elle toute seule (vidéo ci-dessous).

Un autre bon exemple est la manière dont Old Spice a su tirer parti de son film publicitaire pour en faire le point de départ d’une relation durable et ludique avec les internautes, les impliquant ainsi dans son histoire. Le héros de Old Spice devient plus qu’un simple acteur ou un personnage de pub. En interagissant avec les internautes, il crée une proximité nouvelle, nous rappelant que  » la fiction est une simulation qui nous donne un sentiment d’empathie avec des personnages qui paraissent réels même quand nous savons qu’ils ne le sont pas ». L’immersion de fond permise par le feuilletonnage de la relation va se trouver de plus en plus renforcé par une immersion formelle permise par les nouvelles technologies. Au moment où la 3D commence seulement à rentrer dans les foyers, les technologies de type Kinect vont nous permettre de nouvelles formes d’interaction avec les contenus culturels. Avec un nouvel enjeu : construire des univers durables, « qui ne s’effondrent pas deux jours plus tard ». Des univers immersifs dont il faut en permanence cultiver l’intérêt et la magie en les renouvelant, et en gardant toujours ouverte la frontière entre le rêve et la réalité, à la manière d’Inception et sa toupie qui ne s’arrête de tourner que si Leonardo de Caprio n’est plus en train de rêver, et qui semble pouvoir ne s’arrêter jamais !

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

Michelin+e+link

ET SI LES VOITURES ETAIENT DEUX FOIS PLUS LEGERES ?

Michelin+e+link

Le salon automobile de Detroit se déroule en ce moment, et, comme chaque année, Michelin y organise son Challenge Design, qui, en 2013, avait pour thème  » Half » (la moitié), avec pour objectif de réduire le poids des voitures (et donc leur consommation). Plus de 5000 designers de 100 pays y ont participé. Le projet vainqueur est espagnol : la eLink, conçue par Jorge Biosca est une sorte de carrosse à six places ultra léger, utilisant la technologie Active Wheel de Michelin, équipé d’une peau en tissu élastique avec des panneaux solaires intégrés, sur une structure tubulaire en matériaux composites thermoplastiques. Vous trouverez ci-dessous, les deux autres projets primés : la Dolphin, du chinois Lui Shun, frappée à l’étoile Mercedes, avec une carrosserie en fibre de carbone, qui se déplace en sustentation magnétique, et le projet PolyPlus du singapourien Song Wei Teo, qui ressemble à un aspirateur Dyson, en plastique formé sous vide. Le thème du concours de design de l’an prochain sera celui de la conduite automatisée : « driven/undriven », et vous pouvez y participer en cliquant ici. merci au blog Voiture du futur d’avoir relayé ce concours, étonnamment passé inaperçu en France (pour le moment ?).

dolphin_01

polyplus_01

Effets du Kamagra est différent pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

60165-Fram-sh02-crop-md

ET SI LE SUPERBOWL 2013 SE JOUAIT AUSSI SUR LA NOURRITURE ?


Comme tous les samedis sur ce blog, c’est #EclatDeRire avec les campagnes humoristiques du monde entier. Avec aujourd’hui le tout dernier film signé BEING New York pour WHEAT THINS, la célèbre marque de snacks américaine appartenant au groupe Mondelez (né de la partition de Kraft en 2012), sur le thème « Must.Have. Wheat Thins », qui sera diffusé le dimanche 03 février pour le SUPER BOWL 2013, juste avant le début du fameux match de football américain, et que je suis heureux de pouvoir vous montrer en avant-première ! Il montre à quel point les fans de la marques sont prêts à tout pour la protéger… En complément de la nouvelle campagne télévisée et pour permettre à ses fans de ne pas manquer de nourriture pendant le match, WHEAT THINS a lancé une grande opération sur les réseaux sociaux américains sur le thème « Quelle ville, entre Baltimore et San Francisco, les deux finalistes du Super Bowl 2013, mérite le plus de bénéficier d’une livraison de Wheat Thins gratuite pour ses fans ? ». Les fans peuvent partager leur amour d’une des deux villes en votant sur Twitter ou Instagram avec les hashtags : #SF #MUSTHAVEWHEATTHINS ou #BAL #MUSTHAVEWHEATTHINS. Wheat Thins opérera des distributions gratuites de produits dans la ville gagnante le jour du Super Bowl ! Pour tout savoir sur l’opération, cliquez ici . Au moment où j’écris ce post, San Francisco a 200 voix d’avance… Une deuxième pub « Must.Have. Wheat Thins », également conçue par l’agence BEING New York, mettra en scène un fan particulièrement frustré de ne pas pouvoir manger de Wheat Thins. Mais je ne vous en dit pas plus pour le moment, elle est encore sous embargo ! Vous pourrez la découvrir très bientôt sur la chaine YouTube de la marque : http://www.youtube.com/wheatthins, sur Facebook ou via Twitter @wheatthins. En attendant, de le découvrir, je vous propose de vous entrainer à la prononciation de WHEAT THINS avec le spot ci-dessous. Excellent week-end à toutes et à tous !

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

OMG-logo

ET SI L’OEIL DE BLENDED ETAIT UN OEIL QUI TUE ?

Vous l’avez peut-être remarqué, mon blog a fait peau neuve . Le nouveau look a été conçu par mon ami Aurélien Poirson-Atlan dont j’admire la multiplicité des talents, lui qui se définit, non sans humour, comme « Un quart journaliste, un quart blogueur, un quart scénariste et un quart de rien ». Je le remercie donc d’avoir mis son « quart de rien » de janvier au service de ce blog. Aurélien est l’auteur de la pièce « Cours d’amour » (réservé aux femmes), qui reprend tous les mardis à 20h à partir du 29 janvier à la Comédie Contrescarpe à Paris, interprété par Clément Lanoue. Il est également le curateur de l’excellent blog BLENDED qui chasse les tendances films et images du moment. C’est pourquoi nous avons décidé, Aurélien et moi, que chaque vendredi serait désormais publié l’image qui tue et le film qui tue sélectionnés parmi les meilleurs articles de Blended publiés dans la semaine. Ce vendredi, j’ai choisi pour vous comme image qui tue cette sublime photo de Phoebe Rudomino, la photographe qui transforme chacun de ses modèles en sirène, et comme film qui tue, le très beau film de Julien Carlier pour Betony Vernon sur un texte de Régis Jauffret. N’hésitez pas à me proposer vous aussi vos coups de coeur image et film pour cette rubrique !

Effets du Kamagra est divers pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

7e4a1a9d-1dd7-4620-b292-7e88111b36a9

L’OEIL DE BLENDED : ET SI LA LITTERATURE SERVAIT L’EROTISME ?

Ce sera l’un des films de mode de l’année. Betony Vernon, marque de bijoux érotiques, a trouvé en la personne de Julien Carlier, le réalisateur parfait. Accompagné de Joana Figueira, Julien Carlier a su proposer un film à la hauteur des valeurs de la marque de bijoux : luxe et érotisme. Ce qui se traduit en terme de brief annonceur : de la très haute qualité, pas de droit à l’erreur, créer un univers et donner envie aux hommes comme aux femmes.
L’idée géniale du réalisateur est d’adapter un texte de Régis Jauffret (de Microfictions, 2007) à l’origine écrit avec un narrateur masculin. Ce qui confirme ce que nous avons toujours défendu chez blended : si vous voulez que ce soit bien écrit, faites appel à un écrivain.
Le film est superbement réalisé en noir et blanc avec un jeu d’ombre qui entretient juste ce qu’il faut de mystère et de sensualité.
Le tout servi par la divine Priscilla de Laforcade.

Capture

 

Voir la suite sur blended.fr

Effets du Kamagra est différent pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

imagine-main-image1

L’ŒIL DE BLENDED : ET SI NOUS VIVIONS DANS L’OR BLEU ?

Phoebe Rudomino est une photographe basée à Londres spécialisée dans la photographie de mode sous marine. Avec elle chaque modèle se transforme en sirène. Ses mises en scène sensuelles nous plongent aux origines de la vie, là où tout a commencé, à savoir dans l’eau. Une eau photographiée comme éternelle, presque intemporelle, c’est son or bleu bien à elle. Sur lequel le cinéma, la télévision et la publicité n’ont pas oublié de miser.

imagine-main-image1

Voir la suite sur blended.fr

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.