Archives mensuelles : juin 2013

2108319

ET SI LINKEDIN AVAIT PRIS UNE AVANCE DECISIVE POUR DEVENIR LA VERSION PROFESSIONNELLE DE FACEBOOK ?

J’ai décidé de consacrer le #JourDuPenseur de ce dimanche au succès grandissant de LinkedIn, le premier réseau social professionnel du monde, avec ses 225 millions d’utilisateurs enregistrés, dont 5 millions en France. Le mois dernier, LinkedIn fêtait ses 10 ans d’existence et ce fut l’occasion pour moi de discuter avec Ariel Eckstein, le directeur général de LinkedIn en Europe, qui m’a conforté dans ma conviction que LinkedIn est en train de prendre une avance décisive sur Google Plus pour devenir la version professionnelle dominante des réseaux sociaux et s’affirmer comme LE Facebook professionnel. Il y a un an, je ne fréquentais quasiment pas LinkedIn, et je ne prenais même pas toujours la peine de répondre aux nombreuses demandes de contact sur ce réseau que je recevais chaque jour. Je n’en voyais pas l’utilité. Pour moi LinkedIn était exclusivement un réseau efficace pour les entreprises qui recrutent et les personnes en recherche d’emplois, et je n’avais pas de raison d’y investir davantage de mon temps. Aujourd’hui, j’utilise LinkedIn au quotidien pour voir le profil des gens que je vais rencontrer dans la journée, pour relayer les posts de mon blog, pour publier des contenus à caractère professionnel, et pour jeter un oeil sur les publications des influenceurs du monde entier. La puissance de LinkedIn est impressionnante : à titre d’exemple mon post sur le succès de Gangnam Style ( » Et si Gangnam Style n’était pas la vidéo qui tue par hasard ?« ) avait été lu par plus de 3000 personnes en langue française sur mon blog, ce qui n’est pas si mal. Le même publié en anglais (« What if Gangnam style was a killer idea ?« ) a quasiment atteint les 34 000 vues, soit 10 fois plus ! Plus récemment, mon post sur le Personal Branding ( » What if you learned about personal branding from the greats ?« ) a réalisé plus de 47 000 vues, soit presque autant que le nombre de mes followers sur LinkedIn (47 906 à ce jour).

2108319

Quant à Richard Branson, le roi du Personal Branding, il vient de dépasser la barre des 2 millions de followers sur LinkedIn, et son post expliquant pourquoi il préfère sa brillante assistante à son smartphone a dépassé les 600 000 vues (cliquer ici) ! Autre symbole, la deuxième personne la plus suivie sur LinkedIn n’est plus Barak Obama (884 983 followers), mais le charismatique ancien patron de General Electric, Jack Welch, dont le post sur les erreurs à ne pas commettre ( » The six deadly sins of leadership« ) a dépassé les 580 000 vues. Ces résultats impressionnants sont le fruit de la stratégie de contenus éditoriaux qualitatifs adoptée par LinkedIn en 2012 avec le lancement de « Linkedin Today » d’une part, et des « Influencers posts » d’autre part. Vous l’avez surement remarqué si vous fréquentez LinkedIn, mais vous ne le savez peut-être pas si vous ne fréquentez pas le service : chaque fois que vous entrez sur LinkedIn, trois posts informatifs s’affichent en push au centre de votre page d’accueil dans la rubrique LinkedIn today (photo ci-dessous), en complément du flux de votre activité qui comprend également les publications des personnes que vous suivez ou avec qui vous êtes en contact sur LinkedIn. Ces trois posts sont ciblés par rapport à votre profil et à votre historique, et sont renouvelés à chaque connexion pour que vous ne soyez pas exposés aux même infos si vous vous connectez plusieurs fois dans la journée. L’un des ces trois posts (en bas à droite), est systématiquement le post le plus récent d’un des 300 influenceurs référencés aujourd’hui sur LinkedIn. Je vous avais parlé de ce programme « influenceurs » à son lancement en octobre dernier (cliquer ici), car j’avais eu la chance d’être sélectionné parmi les trois français (avec Jacques Attali et Bernard Ourghanlian, le CTO de Microsoft en France) faisant partie des 150 premiers membres de ce programme. La qualité et la fréquence de publication du top 100 est impressionnante (je suis à la 95ème place et Jacques Attali à la 105ème), et je vous suggère de vous abonner aux flux des influenceurs de votre secteur figurant dans la liste disponible ici.

photo

Cet investissement dans un éditorial de qualité est, selon moi, le complément parfait de l’atout précieux dont disposait déjà LinkedIn, celui de disposer de la base de données professionnelle la mieux renseignée. Car l’éditorial de qualité donne une raison de venir régulièrement sur la plate-forme à toutes celles et ceux qui ne sont pas dans une période active de recherche d’emploi. Mais surtout, elle prépare le terrain de ce qui me semble être le troisième mouvement qui pourrait assurer à LinkedIn une domination sans partage : la création d’une fonctionnalité Intranet d’entreprises. Imaginez que LinkedIn propose aux entreprises ou organisations de créer, en plus de leur page publique actuelle, une page privée sécurisée réservée à leurs employés (à la manière des groupes privés Facebook). Sous réserve de l’ergonomie des fonctionnalités mises en place, les entreprises disposeraient alors de l’espace potentiellement le plus pertinent pour accueillir leur réseau social d’entreprise : un espace dont le directory est parfaitement mis à jour par chaque membre, un espace fréquenté régulièrement, où elles peuvent bénéficier de flux de contenus pertinents extérieurs, et créer leurs propres contenus informatifs complémentaires. Le jour où il proposera des Intranets bien pensés aux entreprises, LinkedIn prendra selon moi une avance irréversible sur Google Plus, la seule offre qui aurait pu contester son leadership, mais qui n’a pas eu l’intelligence de développer à temps une véritable politique de contenus.

linkedin-influence-stairs-05.04.2012

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

00489

ET SI VOUS AJOUTIEZ UN CIRCUIT A VOTRE VOITURE ELECTRIQUE ?

Retour de notre rubrique du samedi #EclatDeRire consacrée aux meilleures campagnes de publicité humoristiques du monde entier. Je vous avais livré l’essentiel des films publicitaires les plus drôles du Festival de Cannes de la pub cette année dans mon post de samedi dernier ( voir  » Et si vous découvriez les 30 films les plus drôles des CANNES LIONS 2013 ?« ), et parmi elle l’excellente campagne pour la New York Lottery sur le thème  » Yeah, That Kinda Rich » (cliquez ici), récompensée par un Lion d’argent. Mais je ne résiste pas au plaisir de vous présenter aujourd’hui la campagne de la loterie suédoise, récompensée par un Lion de bronze, qui réveillera l’enfant au Scalextrix qui sommeille en vous. Excellent week-end à toutes et à tous !

Effets du Kamagra est différent pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

article-0-1A8BEFBC000005DC-115_634x356

ET SI LE GOLF SE PRATIQUAIT AVEC DES LAVE-LINGES ?

Après avoir affronté Tiger Woods dans une compétition un peu spéciale en janvier dernier pour une publicité virale Nike (vidéo ci-dessous), Rory McIlroy, qui fut le numéro un mondial de golf d’aout 2012 à mars 2013 (avant que Tiger ne reprenne sa place) a repris l’entrainement contre un robot, face à des machines à laver (vidéo ci-dessus) dans un film visant à promouvoir le European Tour. La vidéo, découverte grâce à Pierre Ayroles (@p8perplane) sur twitter, s’est inspirée d’un film réel qui montrait que dans sa jeunesse, Rory s’entrainait à la maison en envoyant des balles dans le lave-linge familial. Le robot qui figure dans le film a été emprunté à un laboratoire indépendant qui teste le matériel golfique aux USA. La voix du robot, qui ne manque pas d’humour, est celle du comédien Geoff Norcott. Ce film fait partie de la campagne « The Every shot imaginable » dont vous pouvez retrouver les trois premiers épisodes, vus en moyenne chacun 3 millons de fois, sur la chaine YouTube éponyme en cliquant ici.

Effets du Kamagra est varié pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

DiCaprio+gets+behind+wheel+Gatsby+Yw7oww48us3l

ET SI GATSBY LE MAGNIFIQUE VOUS FAISAIT DECOUVRIR SES EFFETS SPECIAUX ?

Si vous vous intéressez au cinéma, et plus généralement à la fabrication des images, vous adorerez cette vidéo publiée avec l’accord du réalisateur Baz Luhrmann, par Chris Godfrey, qui était en charge de la supervision des effets spéciaux du film « The Great Gatsby » avec Leonardo Di Caprio (trailor ci-dessous). Tout comme les magiciens, il est rare que les grands réalisateurs acceptent de montrer l’envers de leur décors. In fine, ce film est un hommage rendu aux techniciens en charge du motion design, mais aussi aux acteurs qui doivent oublier quand ils tournent, la couleur du fond vert ou bleu qu’ils regardent ! Sans compter l’envoutante chanson interprétée par Lana Del Rey …

Effets du Kamagra est divers pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

livefeed

ET SI VOUS LANCIEZ DES POMMES AUX COCHONS ?

Merci à Pierre Ayroles (@p8perplane), dont vous connaissez forcément l’excellent blog Paper-Plane.fr, d’avoir signalé sur twitter cette opération géniale de l’organisation Compassion in World Farming, qui milite depuis 1967 pour un élevage moins industriel. Un affichage interactif dans un grand centre commercial londonien a permis aux passants de nourrir en direct un troupeau de cochons en leur jetant, via leur téléphone portable, des pommes payées 1 euro pièce. Une manière particulièrement habile de transformer le LIVE Feed en live FEED pour faire passer le message stratégique de l’organisation. Ca nous change d’Angry Birds !

25520_1

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

1-1

ET SI LE PASSEPORT ETAIT AUSSI LA CLE DU FRIGO ?

Matthieu Etienne (@LLLLITL) serait-il devenu plus rapide que @MathieuFlex, dit Le Publigeekaire ? En tout cas, il semble être le premier à avoir repéré et retweeté cette sympathique opération virale #IamCanadian, conçue pour la bière canadienne Molson, qui a eu l’idée de faire apparaitre dans différents sites européens, un frigo rempli de bières qui ne pouvait s’ouvrir qu’à l’aide d’un passeport canadien. Faites comme moi, ayez toujours un ami canadien à vos côtés au cas où le frigo rouge (dont vous pouvez voir la fabrication dans la vidéo ci-dessous) apparaisse près de chez vous !

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

nike-jogger1

ET SI LES BONS INSIGHTS FAISAIENT LES (TRES) BONNES PUBS ?

Pourquoi la campagne DOVE « Real Beauty sketches » (vidéo ci-dessus), couronnée à CANNES LIONS 2013 du Grand Prix Titanium, obtient t-elle plus de 50 millions de vues sur YouTube ? Alors même que l’expérience mise en scène est plus que discutable : il est tout à fait logique que nous ayons tendance à nous décrire de manière modeste, et que nos amis aient envie de nous faire plaisir en insistant sur nos qualités physiques plutôt que sur nos défauts. Sans compter que cette expérience ramène la question de la beauté à un critère purement formel alors que nous savons tous l’importance de la beauté intérieure qui se traduit dans le regard, l’attitude ou le comportement ( « It is what’s inside counts » comme le démontre mon post d’hier  » Et si la beauté était entièrement à l’intérieur ?« ). Et pourtant, cette campagne est un des plus grand succès de l’année ! Le secret de la campagne DOVE, c’est le pouvoir magique de son insight que l’on pourrait formuler ainsi :  » Oui, c’est vrai, chacun sous estime le pouvoir de sa beauté », une idée à laquelle nous avons tous envie de croire. L’insight qui tue, c’est le sujet de ce post illustré par les 10 campagnes dont j’ai trouvé les insights les plus forts à Cannes cette année.

En matière publicitaire, l’INSIGHT (ou « Consumer Insight« ) est un mot souvent employé, mais pas toujours bien compris. Selon le site « définitions » marketing : un « consumer insight » est une opinion ou une attente dominante présente et détectée chez les consommateurs d’un produit, qui sert à orienter le discours publicitaire ». Cette définition n’est pas mauvaise, sauf que mon expérience m’enseigne que l’insight n’a pas besoin d’être une opinion déjà dominante, mais une opinion susceptible de recueillir le maximum d’adhésion. L’insight « Les groupes de mecs ont des comportements stupides » n’est pas nécessairement la perception dominante préexistant dans la population (il existe probablement au moins autant de comportements intelligents dans les groupes mâles que de comportements stupides), mais il est possible de la révéler d’une manière à créer une adhésion unanime, ce que fait génialement la compagnie d’assurances réservée aux femmes « 1st for women » dans le film Mentos ci-dessus (pour voir les autres films de la saga, cliquer ici :  » Et si les femmes évitaient d’être mâles assurées ?« ).

Le « Consumer Insight » est parfois traduit en Français par la « vérité consommateur ». Il me semble que cette traduction est impropre, car elle laisse à penser qu’un insight, pour être efficace, doit être vrai, pour ne pas dire vérifiable dans les chiffres. Or, pour être efficace, un insight n’a pas nécessairement besoin d’être vrai, mais tout simplement vraisemblable (C’est ce qui différencie la croyance, du fait, et le cerveau, de l’ordinateur). Pour prendre l’exemple de la campagne AXE ci-dessous « Nothing beats an astronaut », dont l’insight est remarquable, le sujet n’est pas que l’assertion soit vraie, mais qu’elle soit suffisamment vraisemblable pour que l’on ait envie d’y adhérer. Même constatation pour une des pépites de Cannes pour les produits laitiers Davondale (vidéo ci-dessous), qui repose sur l’insight  » Le soja a mauvais gout ». Le soja a un gout particulier, mais qui n’est pas objectivement plus mauvais que celui des salsifis par exemple. Il est probable que la grimace que chacun fait la première fois en goutant un produit au soja n’est pas très différente de celle que l’on peut observer à la première gorgée de whisky ou même de Cola. Et pourtant « Le soja a mauvais gout » est une assertion à laquelle nous sommes prêts à adhérer pour des raisons culturelles, au nom de notre amour du lait (issu du pis de la vache, mais surtout de lien maternel primitif). Encore la magie de l’insight !

Selon la définition donnée dans wikipédia : « le Consumer insight ou insight consommateur peut se définir comme « la perception par le consommateur d’un problème ou d’un dilemme irrésolu sur la catégorie de produits où la marque opère », mais surtout « L’insight consommateur doit faire apparaître un fait nouveau et offrir une illustration « frappante » pour laquelle un autre consommateur doit pouvoir se dire « effectivement j’aurais pu faire le même constat ! ». C’est là de mon point de vue la clé de l’insight efficace : la REVELATION d’une « vérité » (ou plus précisément d’une opinion vraisemblable et crédible) que l’on n’avait pas vue ainsi jusqu’alors. C’est là l’enjeu principal de la quête de l’insight qui tue : trouver une nouvelle manière plus convaincante de faire adhérer, ce que l’on pourrait également appeler « un angle nouveau » capable de susciter l’adhésion. C’est ce que Smart réussit parfaitement dans le film ci-dessous en s’appuyant sur l’insight  » les 4×4 ne sont pas adaptés à la ville », mais au lieu de se contenter de nous le démontrer, Smart crée les conditions de notre adhésion en nous emmenant sur les terres mêmes de domination du 4×4, la nature, quitte à oser apparemment « dénigrer » son produit dans ce contexte là. Oui c’est vrai, les 4×4 sont aussi ridicules en ville que les smarts ne le seraient pour traverser une rivière…

« Oui, c’est vrai… », Philippe Michel en avait fait la phrase clé d’un bon brief créatif, l’aboutissement du travail du planeur stratégique. Ce qui est important dans un brief créatif, c’est ce que les gens doivent se dire APRES avoir vu la publicité, et la meilleure manière de formuler l’insight, c’est de le faire dans une phrase qui commence par « oui, c’est vrai… », de façon à énoncer une nouvelle « vérité » consommateur de nature à être le plus largement partagée. On peut imaginer le brief de la campagne hilarante, mais diablement efficace d’Applegate (à voir en entier en cliquant ici) formulé sous la forme « Oui, c’est vrai, la viande industrielle est vraiment trop trafiquée ». Un brief qui tient en une seule phrase, mais une phrase diablement inspirante pour les créatifs (vidéo ci-dessous).

Une autre manière de vérifier que l’on tient un bon insight, universel et fédérateur, consiste à le formuler à la suite de la phrase  » On est tous prêts à croire que… » . Cette formulation permet de vérifier que la « vérité » nouvelle que l’on veut établir dispose de sa dynamique propre, seule capable d’emporter la conviction idéologique de nature à ce que le consommateur modifie son attitude, et potentiellement son comportement. Par exemple, alors qu’il n’existe probablement pas d’études fiables en la matière, nous sommes tous prêts à croire que les gens qui voyagent sont plus intéressants que ceux qui ne voyagent pas. Cette assertion n’est pas nécessairement vraie (mon frère voyage peut, mais lit beaucoup, et il est nettement plus intéressant que beaucoup de touristes rencontrés dans les bus à l’étranger), mais elle est vraisemblable et motivante, comme le démontre brillamment Expédia dans sa dernière campagne (ci-dessous).

La force de l’insight, c’est de délivrer une reason to believe, une raison de croire, qui peut-être supérieure ou se substituer à la reason-why objective du produit ou du service. On est tous prêt à croire à l’éternelle jeunesse que nous propose Evian, sans être vraiment sur que les qualités nutritionnelles d’Evian soient supérieures à celles de Volvic, ou des autres eaux minérales. Là encore, c’est l’insight qui fait la différence (vidéo ci-dessous), en amont de la superbe éxécution créative. N’oublions jamais que les consommateurs n’achètent pas des publicités dans les hypermarchés, mais l’idée qu’ils se font du produit et du bénéfice qu’ils peuvent en attendre !

La force des insights, c’est de permettre de renouveler en permanence le discours des marques tout en cultivant la même idée de fond. Nike est un expert en la matière, et l’on peut ici prendre en exemple les films Nike primés cette année à Cannes, et tout particulièrement le film « Find your greatness » (ci-dessous). Il contribue à cultiver l’idée centrale « just do it », mais d’une manière renouvelée sous un angle innattendu : « Oui c’est vrai, la course à pied permet à chacun, sans exception, de se dépasser » !

Mais l’insight parfait, c’est selon moi, l’insight parfaitement disruptif, au sens où il défie une convention de pensée dominante, pour purement et simplement l’inverser (ce que Philippe Michel appelait la logique du gant retourné). C’est ce qu’avait fait Apple en Europe en lançant Mac Intosh en 1985 sur l’insight « N’apprenez plus à devenir une machine, Apple a inventé Mc Intosh ». Vous imaginez à quel point j’ai pu être, comme toute ma génération, sensible à cet insight, au moment où je suivais à l’ESSEC des cours de Fortran, de Cobol et d’APL (langages informatiques devenus désuets) qui m’apprenaient chaque jour à devenir une machine ! Cet insight qui tue, cette inversion absolue de la pensée qui est littéralement « subversive » (du latin subvertere : faire passer ce qui était dessus en dessous), c’est ce qu’a génialement réussi Channel 4 avec le film « Meet the superhumans ». Comment faire passer la perception dominante que les handicapés ont quelque chose en moins, à l’idée que les handicapés ont quelque chose en plus: « Oui, c’est vrai, les handicapés sont des surhumains ». C’est ce que réussit ce film sublime, qui, selon moi, aurait bien mérité le Grand Prix du film, en plus du Grand prix du Craft (réalisation) qu’il a légitimement obtenu.

Effets du Kamagra est divers pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

418431401_640

ET SI C’ETAIENT LES 15 PLUS BEAUX FILMS DES CANNES LIONS 2013 ?

A la demande générale de toutes celles et ceux qui n’ont pas eu l’occasion de visionner les short lists de Cannes, et compte tenu du succès de mon post sur les films les plus drôles de CANNES LIONS 2013 ( » Et si vous découvriez les 30 pubs les plus drôles des Cannes Lions 2013 ?« ), je vous ai concocté un petit bonus avec les 15 films que j’ai trouvé les plus esthétiques parmi les films primés dans la catégorie FILMS et dans la catégorie FILMS CRAFT. Vous y retrouverez trois films français : le film Come4 signé BEING Paris et le film Action contre la faim signé TBWA\Paris, qui ont obtenu un lion d’or dans la catégorie FILMS CRAFT, ainsi que le film Honda « The Centaur » signé DDB Paris, qui a obtenu un lion d’argent dans la catégorie FILMS. A regarder impérativement en PLEIN ECRAN !

Effets du Kamagra est varié pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

meet-the-superhumans

ET SI LA PUB VOUS PRENAIT RESOLUMENT PAR LES BONS SENTIMENTS ?

Le Festival CANNES LIONS 2013 a donc fermé ses portes samedi soir avec la remise des derniers Grand Prix : Film, Film Craft, Branded content & entertainment, Integrated et Titanium. Une soirée qui a permis à TBWA\Paris de revenir avec un Lion D’or dans la catégorie Craft pour Action contre la faim (cliquer ici) et un lion de bronze pour OPI (cliquer ici), conçu par son agence digitale DAN (Digital Arts Network), et qui aura également permis à BEING PARIS de fêter les deux premiers lions de sa jeune histoire, un GOLD LION et un BRONZE LION pour le film Come4 (cliquer ici), également dans la catégorie Craft. La France revient avec nettement plus de Lions que les années passées, grâce en particulier à la très bonne récolte d’Ogilvy France, sous la houlette du talentueux Chris Garbutt (formé à bonne école puisqu’il a passé 9 ans chez TBWA en Afrique du Sud puis à Paris avant de rejoindre Ogilvy en 2008). Cannes 2013 aura également été marqué par le triomphe de la campagne australienne pour le Métro « Dumb Ways to die », dont je vous prédisais la victoire dès lundi dernier sur ce blog (« Et si le grand vainqueur des Cannes Lions 2013 était déjà connu ? »), et qui termine avec 5 Grands Prix (sur les 14 en jeu). Ce qui lui permet de battre le dernier record établi en 2010 par la campagne « Best job in the world » qui avait remporté à l’époque trois Grands Prix.

Mais le vrai bilan de Cannes n’est pas dans le décompte des médailles, il est dans l’analyse des tendances et dans les signes qui montrent l’évolution du métier. Et cette année, LA tendance est aux bons sentiments et à l’affichage par les marques et les entreprises de leur humanité ! 14 des 17 catégories ont décerné un Grands Prix en 2013 à une marque ayant cherché à nous montrer son humanité et son utilité pour la société en commençant par « Dumb Ways to die » (vidéo ci-dessus), ou Channel 4 et son superbe film « Meet the Superhumans » pour les jeux paralympiques (vidéo en ouverture de ce post). Le Grand Prix promo activation a été remis au Sport Club de Recife pour son opération « Immortal fans » au profit du don d’organe (cliquer ici) et le Grand Prix Outdoor à IBM pour son opération d’affiches-services. Le thème du Grand Prix média  » Why wait until it is too late » est l’amour partagé avant qu’il ne soit trop tard (pour les assurances DELA, cliquer ici), et le thème du Grand Prix Branded Content, Cyber et Film est  » The beauty inside » (pour Intel+Toshiba – cliquer ici). La cause de la beauté étant aussi celle de DOVE, avec ses  » Real Beauty sketches » (Grand Prix catégorie Titanium – cliquer ici), qui cherche à augmenter la « self-esteem » féminine. Le Grand prix mobile, quant à lui, récompense une initiative visant à offrir des livres aux écoliers stockés dans des cartes à puce permettant de réutiliser des vieux téléphones mobiles (TXTBKS – cliquer ici), et la catégorie Design donne son Grand Prix à Auchan pour une opération mobile qui lui permet de faire connaitre son rapport de développement durable à ses clients directement sur les tickets de caisse (cliquer ici). Bref, seuls trois grands prix (Apple dans la catégorie Press, Heineken dans la catégorie Effectiveness, et Cinder dans la catégorie Innovations), échappent à ce déluge de bons sentiments et cet hymne à la responsabilité sociale des entreprises et des marques, qui avait déjà caractérisé le Grand Prix Film de l’an dernier (CHIPOTLE – vidéo ci-dessous).

Comment expliquer ce phénomène ? Certains vous diront qu’il existe un biais dans les jurys créatifs qui donne un avantage aux sujets d’intérêt général sur les sujets d’intérêt particulier. Ceci n’est pas faux et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les catégories « Public awareness messages » et « Fundraising » ne concourent pas pour les Grands Prix, car elles l’emporteraient à presque tous les coups. Mais celà n’explique pas tout : depuis les Grands Prix Film remis à Honda en 2005 pour un film écologiste (ci-dessous) et à Dove en 2006 pour son film Evolution, les grands prix du film cannois ont systématiquement été donnés à des marques dont la démarche était purement commerciale (Guiness, Cadbury, Philips, Old Spice, Nike…). Il faut, selon moi, chercher l’explication de cet engouement pour la responsabilité sociétale du côté d’une mutation que je considère aussi profonde que la digitalisation, et que j’appelle la « corporatisation ». Parce que l’on ne peut plus vendre aujourd’hui une automobile sans aborder le sujet de l’environnement et de l’énergie, ni un produit alimentaire sans évoquer les sujets de traçabilité et de valeur pour la santé, les marques et les entreprises font désormais de leur démarche sociétale (environnement-santé-citoyenneté) un argument commercial. Elles le font à la fois de manière offensive pour se donner un avantage compétitif (cf la voiture électrique de Renault et Nissan), mais aussi et surtout de manière défensive pour répondre aux attentes, et anticiper les questions de leur clients et de leurs parties prenantes. De plus, la crise durable dans laquelle nous sommes, incite les marques à rechercher la proximité au citoyen consommateur en affichant leur humanité et en exprimant ce qu’elles font de bien pour améliorer leur environnement. Le dernier facteur, et non le moindre, étant la capacité d’action et de réaction des citoyens sur les réseaux sociaux qui oblige les marques à parler d’autre chose que de la seule qualité de leur produit ou services. La communication des marques est aujourd’hui attendue sur les conditions de production de ces produits et services. Les mégabrands comme Coca-Cola ou Mc Donald’s l’ont bien compris. Avec le risque permanent d’être accusées de langue de bois ou de volonté de diversion, ce qui oblige les entreprises et marques en question à ne communiquer que sur des actions probantes, et non sur des simples intentions. C’est parce que les consommateurs sont devenus des consommateurs citoyens, pour ne pas dire des citoyens consommateurs, que les marques et entreprises n’ont pas d’autre choix que de faire de leur démarche sociétale un argument commercial. Les bons sentiments sont nécessaires, mais pas suffisants. La communication passe par l’action. Bienvenue dans l’ère du « Good Brand Behavior » ou plutôt du « Brand Behavior for Good » !

Effets du Kamagra est divers pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

TBI_PR_Hero_Image_Final_1

ET SI LA BEAUTE ETAIT ENTIEREMENT À L’INTERIEUR ?

Le film qui tue cette semaine, c’est « The Beauty Inside », la web série hollywoodienne participative en 6 épisodes qui a obtenu pas moins de trois Grands Prix aux Cannes Lions 2013 (dans les catégories Branded Content, Cyber (ex aequo avec Oreo) et film (ex-aequo avec « Dumb ways to die » du Métro australien). Intel et Toshiba, qui avaient déjà produit en 2011 « The Inside experience« , ont lancé en aout/septembre 2012, une web série en 6 épisodes (de 5 à 9 minutes) réalisée par Drake Doremus, avec Topher Grace et Mary-Elizabeth Winstead, mais aussi avec de nombreux internautes, sélectionnés via des contributions facebook, qui font des apparitions au fur et à mesure des épisodes. Le pitch ? Alex, jeune antiquaire vivant à Los Angeles, se réveille tous les matins dans la peau d’une autre personne. A chaque fois que son réveil sonne, il est physiquement une autre personne alors qu’il est intérieurement et mentalement le même. Ce qui ne facilite pas la tâche en matière de relations humaines, surtout qu’il va tomber amoureux de la belle Leah. Je ne vous en dit pas plus, car tous les épisodes de la série méritent d’être regardés, et nous rappellent, s’il en était besoin, que « l’essentiel est invisible pour les yeux ».

Effets du Kamagra est différent pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle choix est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.