Archives mensuelles : juillet 2013

piano-guys-screengrab-1-l

ET SI ON DISRUPTAIT AUSSI LA MUSIQUE CLASSIQUE ?

C’est grâce à un tweet de Delphine Remy Boutang (@Delphine RB) que j’ai découvert un très sérieux article sur le site de la Harvard Business Review, sous la plume numérique d’Eddie Yoon, intitulé  » How Category Creation Is Reinvigorating Classical Music« , montrant comment toute catégorie conventionnelle, même la musique classique, peut-être « disruptée », autrement dit, peut se réinventer au travers d’une innovation de rupture. C’est ce qu’on fait les Piano Guys en réalisant des vidéos à la fois virtuoses et drôles dépassant pour certaines d’entre elles les 20 millions de vues (comme la reprise de One Direction « What makes you beautiful » que vous pouvez écouter en cliquant ici). La vidéo parodique de Star Wars (ci-dessus) que je vous recommande de regarder en entier si vous ne la connaissez pas, en est, quant à elle, à plus de 13 millions de vues… Une preuve de plus, si nécessaire, que la disruption peut s’exercer dans tous les domaines !

Effets du Kamagra est varié pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle choix est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

yannick-agnel-florent-manaudou-fabien-gilot-et-jeremy_1309571_460x306

ET SI PUBLICIS-OMNICOM DEVENAIT LE GROUPE LE PLUS COOPÉTITIF DU MONDE ?

Le secret du rapprochement entre Omnicom (deuxième groupe mondial de communication regroupant, entre autres, les réseaux TBWA, DDB et BBDO) et Publicis (troisième groupe mondial de communication regroupant, entre autres, les réseaux Publicis, Saatchi & Saatchi et Leo Burnett) avait été bien gardé. Et je suppose que la surprise a été grande pour beaucoup de collaborateurs et de clients des deux groupes dont la rivalité, tout particulièrement en France, est bien connue. La conférence de presse de dimanche après-midi a donc levé le voile sur la création de Publicis Omnicom Group, amené à devenir le premier groupe de communication du monde, avec une capitalisation boursière de 35,1 milliards de dollars, réalisant 22,7 milliards de dollars de revenus, et réunissant plus de 130 000 collaborateurs, sous la double direction de Maurice Levy et de John Wren.

5af3b26c3d14de19380f6a7067005a75

Beaucoup a déjà été dit ce week-end sur le bien-fondé d’un tel rapprochement, du fait de la grande complémentarité géographique et de métiers. Les grands clients mondiaux comme les clients locaux des agences de Publicis Omnicom Group pourront bénéficier de la taille et de la qualité des expertises complémentaires de classe mondiale désormais disponibles au sein d’un même groupe. Pour servir au mieux des clients mondiaux qui se sont eux-mêmes concentrés sur leurs marchés, et face à des nouveaux acteurs digitaux très centralisés (Google et Facebook en particulier), la taille compte. Elle permettra de garantir à chaque agence du groupe servant localement chacun de ses clients l’accès à la meilleure qualité au meilleur prix, dans le monde entier. Mais la taille compte également pour accélérer le développement de nouveaux métiers liés à l’émergence du Big Data, et au passage de la communication 360 (où prime l’espace : la diffusion d’un message pertinent au bon endroit) à la communication 365 (où prime le temps : la diffusion d’un message pertinent au bon moment).

i_love_co_opetition_bumper_sticker-p128036068714898117trl0_4001

OMNICOM, qui fut longtemps numéro un mondial de la communication, avant de le redevenir aujourd’hui grâce à son rapprochement avec Publicis, a eu l’occasion d’expérimenter avec succès ce modèle au travers de ses trois réseaux publicitaires frontalement concurrents (TBWA, DDB et BBDO) ayant accès à de nombreuses expertises complémentaires dans tous les métiers, actionnables en fonction des besoins des clients. Cela n’a pas empêché chacun de ces trois réseaux de rivaliser chaque année dans de nombreuses compétitions et de chercher en permanence à être reconnu comme étant le meilleur. Résultat : BBDO, DDB et TBWA ont obtenus depuis 15 ans, le plus grand nombre de récompenses créatives, permettant à Omnicom d’être, plus souvent que tout autre, reconnu comme le plus créatif aux Grands Prix annuels des Cannes Lions. Une saine émulation qui a bénéficié aux clients de chacune des agences. Mais une compétition qui s’est effectuée dans le respect de l’adversaire et des règles du jeu, conduisant in fine DDB a féliciter TBWA pour avoir su conserver la confiance de la SNCF, ou conduisant TBWA à féliciter DDB pour avoir regagné la confiance de Bouygues Telecom, même si les deux agences avaient toutes les deux donné le maximum pour triompher dans les deux occasions. Un jeu où l’exigence de performance l’emporte sur tout autre critère. Et où chacun profite, même lorsqu’il perd, des enseignements de la victoire de l’autre. Enseignements d’ailleurs partagés chaque année par les managers clés au sein de l’OMNICOM UNIVERSITY à Boston, avec l’aide de professeurs de la Harvard Business School.

llllitl-publicis-group-omnicom-group-fusion-merge-leader-mondial-publicite-groupe-communication-wpp-publicis-omnicom-groupe-maurice-lévy-john-wren-martin-sorrell-3

Tout l’intérêt, et tout l’enjeu culturel du rapprochement entre OMNICOM et PUBLICIS, est, selon moi, de garder cet état d’esprit coopétitif. Celui qui provoque une saine émulation et qui permet de toujours progresser, en gardant l’esprit de compétition, tout en développant les coopérations chaque fois qu’elles font sens pour nos clients. Cela devrait être facilité par tous les collaborateurs ayant eu l’occasion de travailler ensemble au sein des deux groupes, et tout particulièrement en France, par les personnes de Publicis ayant eu l’occasion de travailler chez TBWA (elles sont nombreuses et se reconnaitront). C’est pourquoi, au sein du groupe Publicis-Omnicom, TBWA\Paris restera plus que jamais le concurrent direct de Publicis Conseil, tout comme TBWA\Corporate continuera de vouloir prouver qu’il est bien meilleur que Publicis Consultants, pour ne prendre que deux exemples de métiers parmi la quinzaine d’expertises qui valent à TBWA et Publicis d’être en concurrence frontale. C’est parce que chacun continuera de vouloir être le meilleur dans son métier qu’il apportera le meilleur service à ses clients. Comme l’a démontré l’équipe de France du 100 mètres nage libre hier après-midi, rien n’est plus efficace que la coopétition, pour maximiser la performance individuelle, tout en maximisant la performance collective !

yannick-agnel-florent-manaudou-fabien-gilot-et-jeremy_1309571_460x306

Effets du Kamagra est différent pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

6242181767_57e5b77a55_z

ET SI LES VILLES DEVENAIENT PLUS CREATIVES ?

elsa_vivant1

Après mon post sur « l’esthétisation du monde » (voir « Et si le capitalisme était devenu artiste ?« ), j’ai décidé de consacrer ce #JourDuPenseur dominical à un petit livre datant de 2009, mais qui n’a rien perdu de son actualité, intitulé « Qu’est ce que la ville créative ? », écrit par l’urbaniste Elsa Vivant. La réflexion sur la ville créative d’Elsa Vivant s’inscrit dans le prolongement des travaux de l’américain Richard Florida (auteur de « The Rise of the Creative Class »), mettant en évidence l’importance pour le dynamisme et le développement d’une ville d’attirer les « classes créatives » (artistes, professionnels de la culture, minorités culturelles et cadres supérieurs). Pour Elsa Vivant, maître de conférence en urbanisme à l’Institut français d’urbanisme et spécialiste de la scène culturelle « off », la ville créative est celle qui attire la classe créative et qui développe son attractivité par la mise en œuvre de stratégies urbaines spécifiques. A l’heure de la désindustrialisation des villes (cf la faillite de Détroit et la très belle série de photos dont est extraite la photo ci-dessous), le concept de « ville créative » semble avoir plus de sens que jamais : il apparaît comme l’une des clés de l’urbanisme actuel pour redorer le blason de villes marquées par les paysages sinistrés d’usines désaffectées.

24

Pour Elsa Vivant, le moteur de la « ville créative » semble être le processus de gentrification (processus par lequel des habitants plus aisés s’approprient un lieu ou un quartier initialement occupé par des habitants moins favorisés), qui démarre obligatoirement par l’implantation d’artistes dans des zones proches du centre ville, mais délaissées. Sans ces artistes, qu’ElsaVivant qualifie de « gentrifiers », rien n’est possible. En effet, l’artiste peut « récupérer des objets du quotidien pour les transformer en oeuvre d’art en les esthétisant, en leur donnant une valeur nouvelle » et ainsi « revaloriser les lieux dévitalisés de la ville ». Le loft en est l’incarnation parfaite : il allie intérêt pratique (espace, luminosité) et esthétique (minimalisme, détournement fonctionnel). D’autre part, les artistes rendent attractif le quartier, en y organisant des spectacles. Et assister à ces spectacles de rue va, pour Elsa Vivant bien au-delà de l’expérience artistique, c’est une « expérience urbaine » : le « site n’est plus un espace malfamé, mais un espace magique, dernier espace de liberté et d’aventure dans la ville. » L’expérience du lieu est presque aussi importante, donc, que l’expérience de l’art lui-même. Suit à la réhabilitation de ces quartiers par des artistes motivés par des préoccupations pécuniaires et pratiques (être proche du centre ville et s’insérer dans la communauté artistique déjà implantée dans ce lieu), une classe proche de ces artistes vient s’y installer : les créatifs du monde de l’entreprise, qui, à l’heure de l’externalisation ont plus que jamais besoin d’être proches des cercles à même de les embaucher. Et à l’issue de cette gentrification, la ville est effectivement créative, peuplée par des individus plus ouverts et plus innovants.

Dans le jeu mondial, les villes sont mises en compétition. Et nombre d’entre elles ont déjà joué sur les leviers traditionnels (fiscalité, infrastructures, etc.). Dès lors, le levier culturel semble judicieux. Pourtant, Elsa Vivant appelle à la méfiance et à la précaution. Le maniement de la culture comme outil d’attractivité risque surtout de transformer les musées en « coquilles vides » : si le cas du Guggenheim à Bilbao fut un succès retentissant et revigora réellement la ville, les délocalisations du Louvre (Abou Dhabi, Lens) semblent se faire, dans un cas, au détriment des collections, dans l’autre au détriment de la ville d’accueil (il ne suffit pas d’aller voir le musée de Lens pour avoir vu Lens). La gentrification démarre avec des artistes « off », non institutionnalisés. Donc lorsque les pouvoirs publics s’en mêlent, le processus, à quelques exceptions près, est le plus souvent trop artificiel pour rencontrer le succès escompté. La ville créative est donc un concept à manipuler avec prudence, car il repose sur un double paradoxe. Le premier est celui de la marginalité : ce sont paradoxalement les marginaux, minorité par définition, qui confèrent une identité à une ville créative. Le second est temporel : la scène artistique « off », première pierre de la gentrification, est en renouvellement et en mutation permanente, et semble donc s’opposer à toute institutionnalisation, elle nécessairement fixe. Elsa Vivant conclut donc que la ville créative « invite l’urbaniste à l’humilité car la créativité ne se planifie ni ne se programme [...] La fabrique de la ville créative se trouve dans la capacité des acteurs à accepter et rendre possibles des initiatives qui les dépassent. » La création ne sera jamais une science exacte.

6242181767_57e5b77a55_z

Effets du Kamagra est divers pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

117679_0000

ET SI LE BACON CHANGEAIT VOTRE VIE ?

Comme tous les samedis sur ce blog, notre rubrique #EclatDeRire vous propose les meilleures campagnes de publicité humoristiques du monde entier. Avec cette semaine une campagne remarquable qui nous vient du Canada, pour le bacon Maple Leaf, conçue par l’agence John St à Toronto. Vous ne le saviez peut-être pas, mais le bacon peut changer votre vie. La preuve dans le film de lancement ci-dessus, et surtout dans les trois films complémentaires ci-dessous ! Excellent week-end à toutes et à tous !

Effets du Kamagra est différent pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

mercedes-stopngo-juil13-image

ET SI ON CONDUISAIT SANS LES MAINS ?

Il ne s’agit pas d’une publicité pour la Google Car, mais pour la nouvelle Mercedes Class S et son système « Stop & Go Pilot », qui fait appel au grand chef d’orchestre américain Léonard Bernstein (décédé en 1990), qui était capable de diriger son orchestre sans les mains, par le seul usage de son regard et les mimiques de son visage. Ce film est complété par deux autres (ci-dessous), nettement moins brillants, si ce n’est musicalement (88ème symphonie de Haydn que je vous offre en prime en bas de ce post) !

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

Jump_636

ET SI VOUS SAUTIEZ AVEC DERRICK ROSE ?

#JumpWithDRose, c’était le hashtag twitter de l’opération organisée par TBWA\Londres pour ADIDAS le 10 juillet dernier avec Derrick Rose, le célèbre basketteur des Chicago Bulls (le seul à avoir reçu la récompense « NBA Most Valuable Player » depuis Michael Jordan), de retour après l’opération chirurgicale qui l’a tenu éloigné des terrains fin 2012 (voir film ci-dessous). Derrick Rose, en tournée en Europe, s’est rendu à l’ADIDAS JUMP STORE de East London pour la promotion de la nouvelle gamme de chaussures Adidas qui porte son nom. Plus de 500 fans étaient présents pour se mesurer à lui, et sauter pour tenter d’attraper (et de remporter) leur paire de D.Rose 3.5, des chaussures de sport réservées à ceux qui les méritent !

Jump_636

Effets du Kamagra est différent pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

9

ET SI LES TABLEAUX DE VAN GOGH S’ANIMAIENT ?

L’artiste Luca Agnagi, spécialiste de l’éclairage digital, de la 3D et du mapping, a réalisé cette vidéo étonnante à partir de 13 tableaux de Van Gogh, en leur ajoutant de l’ombre, de la lumière, et des effets de mouvement subtils respectant l’esprit du peintre et révélant l’unicité de son univers. Van Gogh lui-même n’aurait pas fait mieux !

1

Effets du Kamagra est varié pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

Swatch Scuba Libre Collection Ad

ET SI LES OISEAUX ETAIENT DES POISSONS ?

Pour le lancement de sa nouvelle collection SCUBA LIBRE, SWATCH nous offre un joli film sur la chanson de MIKA « Underwater », qui vous fera voir des poissons partout. Quant à moi, je vous offre le making-off ! (vidéo ci-dessous).

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le univers. Pas agréable de penser.

mcdonalds-fast-food-restaurant-free-wi-fi-video-600-53325

ET SI LE NOM DE VOTRE ACCES WIFI ETAIT AUSSI UN MOYEN DE (BIEN) COMMUNIQUER ?

L’agence TBWA\Madrid a eu la bonne idée de proposer à McDonald’s d’utiliser le nom de son accès wifi gratuit pour communiquer non seulement à ses clients, mais à tous les passants de la zone de chalandise au travers de messages promotionnels. Une manière maline d’aller chercher la clientèle de passage chez les commerçants voisins en leur indiquant la présence du McDo le plus proche ! L’opération a également fait l’objet d’affichage Abribus sur les arrêts de bus à proximité qui pouvaient également profiter du wifi gratuit McDonald’s. Du très bon Media Arts : l’art de communiquer le bon message au bon moment, et au bon endroit (voir le post « Et s’il fallait être triplement créatif ?« ), et un Lion de bronze bien mérité dans la catégorie Médias des Cannes Lions 2013.

mcdonalds-fast-food-restaurant-free-wi-fi-video-600-53325

Effets du Kamagra est différent pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

2

ET SI RIEN N’EGALAIT LA VIRALITE DU SOURIRE ?

 » Do you believe in the power of smiles to change the world ? », c’est le thème de la nouvelle expérience virale Coca-Cola (ci-dessus) réalisée dans de multiples pays, de la Jamaïque à l’Angleterre en passant par le Pakistan. Chaque passant qui répondait aux sourires ou stimulis des animateurs Coke se voyait remettre une canette, ou des récompenses diverses (lunettes de soleil et même des vélos !). La contagion du sourire, c’était déjà le thème d’une campagne très efficace de Total (ci-dessous) à l’époque où je travaillais pour la marque chez CLM/BBDO, en 1991 ! Avant ou après Internet, rien ne vaut la viralité du sourire…
;-)

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.