Archives mensuelles : juin 2015

cornaidu-1

ET SI VOUS DECOUVRIEZ LES 26 FILMS LES PLUS DROLES DES CANNES LIONS 2015 ?

Comme chaque année, je vous réserve un #ECLATDERIRE spécial #CannesLions, avec ma sélection des films publicitaires les plus drôles issus de la short list des meilleurs films dans toutes les catégories primées, que j’ai pu visionner dans la journée d’hier à Cannes. Vous y retrouverez pour moitié des campagnes que vous avez peut-être déjà vues dans cette rubrique hebdomadaire au cours des 12 derniers mois, mais vous y découvrirez aussi une série de nouvelles pépites qui ont toutes les chances de vous faire rire ou pour le moins sourire ! En attendant les résultats du palmarès final de ce soir, je vous souhaite, depuis Cannes, un excellent week-end plein de soleil et d’humour !

Effets du Kamagra est différent pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure choix. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

IMG_7160

ET SI LA COMMUNICATION DEVENAIT DE PLUS EN PLUS PERFORMATIVE ?

IMG_7160

J’ai décidé de consacrer notre #JourDuPenseur dominical au livre « COMMUNICATION » qui vient tout juste de paraitre chez DUNOD, un manuel scolaire destiné aux étudiants Licence/Bachelor coordonné par Olivier Aîm et mon ami Stéphane Billiet, ayant fait appel à pas moins de 15 auteurs universitaires, et au témoignage de nombreux professionnels de la communication (dont le mien sur le thème « Innovation et communication à l’heure digitale »). En tant qu’enseignant occasionnel, je ne peux que saluer cette démarche : enfin un manuel conçu pour accompagner la formation en communication à l’heure d’Internet, qui ne sacrifie en rien la vision historique et les théories fondamentales, mais en donne une lecture actualisée adaptée à la communication telle qu’elle se pratique aujourd’hui, à l’ère digitale. Après une introduction sur les théories de la communication de la cybernétique à nos jours, le manuel se divise en quatre parties . La première partie s’intitule « Quand l’écriture s’invente et se réinvente » et se divise en trois chapitres : « Histoire de la communication et des médias », « Diversité et complexité des dispositifs médiatiques », et  » Les journalistes et les médias face aux réseaux sociaux ». La deuxième partie s’intitule  » Quand l’acte de communiquer devient créateur de valeur » et s’articule autour de trois chapitres :  » Communication et contextes économiques », « Formes et enjeux de la communication performative », et « Influence de la recommandation sur le web social ». La troisième partie s’intitule : « Quand espace marchand et espace public tendent à se confondre », et parle de « La nouvelle anthropologie de la communication », « Marketing, Branding et Contenus de marques », et « Publicité et société ». Enfin, la dernière partie, qui s’intitule  » Quand la communication se fait plus relationnelle », aborde les sujets « Opinion, influence, (e-)réputation », « La communication Institutionnelle »,et « Des relations publiques aux communications relationnelles ». Le seul regret que je formulerai après lecture de cet excellent ouvrage dont l’apport théorique est incontestable, se trouve dans la relativement faible place donnée au marketing et à la communication commerciale, qui doit se contenter essentiellement du chapitre 8 et du chapitre 9 dans lequel j’interviens aux côtés de Daniel Bô. Ce qui fait in fine de ce « Communication », un livre qui peut se lire comme un essai et non comme un simple manuel scolaire, le meilleur des compléments au traditionnel « Publicitor », l’ouvrage dominant dans le monde francophone du marketing et de la publicité.

0fc11c3d-7415-46e0-8913-97ed47b90856

J’ai été particulièrement sensible au fait que les auteurs placent au coeur de leur ouvrage (chapitre 5), la notion de « communication performative », notion sur laquelle j’avais déjà eu l’occasion de publier un post en 2013 (cliquer ici) à l’occasion de la sortie du livre de Daniel Bô et Matthieu Guével intitulé « Brand culture – développer le potentiel culturel des marques ». Comme le souligne Raphaël Lellouche dans « Brand Culture », « la performativité est l’acte culturel fondamental du consommateur » et les marques ne peuvent exister de manière forte que si elles proposent des modèles culturels aux individus qui vont les « performer ». Parce que la consommation est un des terrains de jeu de notre identité, nous « performons » et devenons un instant ou durablement Mac ou PC, Peugeot ou Fiat, Nike ou Adidas. Préférer telle ou telle marque, consciemment ou non, c’est « performer » la marque au même titre que, au cours de sa vie, chacun performe un modèle culturel (sexe, religion, orientation politique, famille, amis, entreprise), en puisant dans la consommation des éléments du jeu de construction de soi dans le monde. Les auteurs de « COMMUNICATION » définissent, quant à eux, l’ »engagement » comme la marque de confiance qui se noue entre l’organisation et le public : « Sous forme de signature, charte, ou label, l’implication est, actuellement, le mode privilégié de la relation et de la communication de la marque. Les réseaux sociaux accompagnent ce modèle communicationnel en multipliant les opérations virales d’adhésion par le geste de « liker », de « partager » et de diffuser l’information ». Sous une forme numérisée, il s’agit pour toutes les organisations de « faire agir » le public dans son sens. Cet objectif s’inscrit pleinement dans la théorie de la performativité, selon laquelle « dire c’est faire » (du nom de l’ouvrage de J.L Austin « How to do things with words »), démultipliée par les possibilités ouvertes par la multiplication des écrans. D’origine orale (« Adjuger un bien », « ouvrir une séance », « baptiser un enfant »…), la performativité à l’heure d’internet devient scripturale. « Que ce soit sur l’interface des ordinateurs, des télévisions ou des smartphones, la scripturalité numérique a démultiplié les occasions de s’inscrire, de s’exprimer, de s’engager : les liens hypertextuels, les boutons, les mots-clés notamment relèvent à la fois d’une lecture « cliquée » et tendent vers une évidence d’opérativité », telle que définie par Austin dans les années 60. Comme le souligne Pauline Escande-Gauquié, maitre de conférence au Celsa Paris-Sorbonne, « la publicité est devenue participative » et s’appuie sur une nouvelle « force interlocutoire » qui consiste à « faire parler sur le produit pour le faire acheter ». D’où l’importance pour les marques et les entreprises aujourd’hui d’inscrire la dimension participative et les contenus digitaux partageables au coeur de leur processus de communication.

BDE_connect_grand

Dans le chapitre 9, « Publicité et Société », je réponds à la question « En quoi la révolution digitale transforme t-elle la rapport entre innovation et communication ? ». J’y explique qu’avant la révolution digitale, la plupart des entreprises séparaient innovation (pilotée au sein des départements Recherche & Développement » et communication (pilotée par le département Marketing et Communication). La communication intervenait en aval du processus d’innovation pour mettre en relation le produit innovant et les acheteurs potentiels, mais n’avait pas d’influence directe sur la conception du produit. A l’ère digitale, les entreprises ont de plus en plus besoin d’intégrer la communication en amont de leur processus de recherche et développement car, sur tous les marchés, les produits et services deviennent de plus en plus communicants avec l’avènement des objets connectés : les voitures deviennent communicantes au point de pouvoir fonctionner sans chauffeur, les maisons deviennent communicantes et pilotées à distance, votre compteur d’électricité devient communicant ainsi que de très nombreux objets du quotidien, jusqu’à votre brosse à dents ! Pour concevoir cette nouvelle génération d’objets connectés, il faut inclure la communication dans le processus de conception. C’est pourquoi beaucoup d’entreprises aujourd’hui se réorganisent pour penser leur innovation dans des Labs qui intègrent compétence technique et compétence communicationnelle. Avant Internet, la plupart des « Disruption Days » (workshops du nom de la méthode Disruption inventée par Jean-Marie Dru) portaient sur la manière de différencier une marque par rapport à ses concurrents en terme de communication. Aujourd’hui, la plupart d’entre eux portent sur l’innvovation et la manière d’intégrer la communication au coeur de l’innovation ! Comme le soulignent les auteurs en conclusion de l’ouvrage :  » Marquée par la révolution numérique, encore récente, l’époque ne donne pas au praticien le recul dont il aurait besoin pour apprécier la portée des phénomènes de communication qui émergent et se développent avec une rapidité inédite. C’est précisément pourquoi, plus que jamais, il doit faire l’effort de questionner des notions fondamentales comme la transparence, la proximité, l’interactivité, l’authenticité… Seule une approche réflexive qui interroge sans cesse les pratiques et les discours lui permettra d’être toujours juste et pertinent ». C’est le mérite de cet ouvrage, dont je vous recommande la lecture, que d’y contribuer grandement !

apple-watch-health

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

southern_comfort_ep

ET SI LE CONFORT N’AVAIT PLUS DE LIMITES ?

Comme tous les samedis, notre rubrique #EclatDeRire vous présente les meilleurs films publicitaires humoristiques venus du monde entier. Avec, cette semaine, le retour de Southern Comfort, qui nous propose une méthode très particulière de bronzage, dans une publicité signée W+K New York, plus déjantée que jamais, dans la lignée de ce qui fait désormais sa marque de fabrique. Le film « Beach », ci-dessous, avait déjà obtenu un Lion d’argent à Cannes en 2013 et le film Karate (en bas de ce post) un Lion d’Or en 2014. Une campagne sur le confort qui nous fait clairement sortir de notre zone dite de confort ! Bronzé(e)s ou non, je vous souhaite à toutes et à tous, un week-end tout ce qu’il y a de plus confortable !

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

Like_megaphone_facebook_thumb800

ET SI ON « LIKAIT » ET « RETWEETAIT » PLUS GENEREUSEMENT ?

Like_megaphone_facebook_thumb800

Une conversation avec quelques amis blogueurs cette semaine m’a donné envie de consacrer ce #JourDuPenseur à un sujet qui peut vous apparaitre marginal à priori, mais qui recouvre en fait un enjeu plus essentiel : celui de la qualité des contenus partagés sur les réseaux sociaux. Le succès quantitatif de Facebook et Twitter a pour effet mécanique d’augmenter le nombre de personnes que vous suivez ou que vous acceptez comme amis, générant des flux plus riches et diversifiés, mais aussi souvent de moindre intérêt qualitatif, car, par essence, nous n’avons pas le même niveau d’intérêt pour les passions ou les humeurs de chacun de nos amis. Ce qui génère un effet pervers : on lit moins et donc, on relaie moins. Et l’on en vient à accepter l’idée que l’intérêt général de son flux est condamné à baisser . Au point d’oublier que chacun est responsable et peut agir sur la qualité de son propre flux !

retweet1

La première solution consiste bien entendu à être plus sélectif : supprimer des amis facebook dont les contenus ne nous intéressent pas ou peu, et classer les personnes que l’on suit sur twitter dans des listes qui permettent un suivi ciblé. Mais j’aimerais vous convaincre d’adopter une autre solution, moins égocentrée et plus généreuse, qui consiste à « liker », partager et « retweeter » davantage les contenus que vous jugez digne d’intérêt. Cette solution présente un double avantage. Premièrement, vous augmenterez ainsi mécaniquement la qualité de votre flux personnel, en réception pour Facebook (puisque son algorithme privilégie la mise en avant les contenus produits par des personnes que vous avez « likées » ou dont vous avez partagé les posts), et en émission pour Twitter (puisque la qualité de vos « Retweets » vous permettra de recruter une audience de qualité). Mais surtout, vous contribuerez ainsi à augmenter la qualité générale des flux partagés sur les réseaux sociaux, en permettant aux meilleurs contenus d’être plus visibles (puisque l’exposition, donc la visibilité des contenus Facebook dépend mécaniquement de leur nombre de « like » et de « share », et que les contenus twitter se propagent principalement par le « RT »).


Naissance de "Sympathy for the devil " (one+one… par cinocheproduction

Sans compter qu’en « likant » et partageant plus généreusement les posts qui vous intéressent, vous récompenserez et encouragerez toutes celles et ceux, blogueuses, blogueurs, curatrices et curateurs, qui investissent leur temps, leur énergie créatrice, et leur talent pour produire des contenus qui mériteraient souvent une plus grande audience. Si vous pensez comme moi que partager le (bon) post d’un blogueur (comme ce post remarquable d’Olivier Ezratty – cliquer ici), ou la pépite dénichée aux tréfonds de Youtube (comme la vidéo ci-dessus tournée en 1968 par Jean-Luc Godard lors de l’enregistrement d’un des plus grands tubes des Rolling Stones), a plus de valeur que le partage d’une news déjà largement diffusée dans les médias, ou le énième « RIP » en mémoire de la célébrité décédée, rejoignez le mouvement #LikeAndShare que je tente de soutenir ce matin ! En commençant par « liker » et partager ce post associé au hashtag #LikeAndShare ?

like-and-share

Effets du Kamagra est divers pour tout le univers. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

century-21-088_NbRUK7q

ET S’IL ETAIT TEMPS DE CHANGER DE VOISINS ?

Nouvel #EclatDeRire hebdomadaire en ce samedi ensoleillé. Le retour du beau temps, c’est aussi potentiellement le retour des problèmes de voisinage. Entre le voisin bruyant la nuit, et le voisin qui tond sa pelouse de trop bonne heure, le voisin que vous détestez le plus est peut-être celui qui a eu la bonne idée de donner l’autorisation à son fils et ses amis (plus ou moins doués musicalement), de répéter jour et nuit dans son garage… C’est l’insight sur lequel CENTURY 21 aux Etats-Unis a eu la bonne idée de s’appuyer pour nous présenter les pires « Garage Band » de l’histoire de la publicité. En plus de l’aide au déménagement qui reste le coeur de son métier, Century 21 vous propose d’élire le pire Garage Band sur les réseaux sociaux en utilisant le Hashtag #WorldsWorstGarageBand ! Je suis sur que, comme moi, vous connaissez un groupe qui pourrait compléter cette saga ! Rock ou planant, je vous souhaite à toutes et à tous un excellent week-end !

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

hqdefault-1

ET SI VOUS EVITIEZ DE CONFONDRE VOS AMIS FACEBOOK AVEC VOS VRAIS AMIS?

Comme (presque) tous les samedis, notre rubrique #EclatDeRire vous propose les meilleurs films publicitaires humoristiques venus du monde entier. Avec aujourd’hui une série de trois films venus d’Argentine pour FIBERTEL reposant sur un « insight » imparable : « you should not call everyone on your FB a friend ! ». Sur le thème « Let’s restore the real value of friendship », Fibertel nous rappelle avec humour que votre petit(e) ami(e), votre tante Monica, ou votre mère ne sont pas des ami(e)s comme les autres, et méritent un traitement particulier … Que vous soyez en famille ou avec vos (vrais) amis aujourd’hui, je vous souhaite à toutes et à tous un excellent week-end !

Effets du Kamagra est varié pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

Capture d’écran 2015-06-01 à 23.23.24

ET SI JE VOUS INVITAIS, CE JEUDI, À PENSER ET PARLER DESIGN AVEC JOEL DE ROSNAY ET JEREMY RIFKIN ?

Capture d’écran 2015-06-01 à 23.23.24

THINK LIFE ! C’est le nom du Forum du Design (International Design Forum) qui se déroule du jeudi 4 au dimanche 7 juin au Carreau du Temple, au coeur du Festival D’DAYS qui anime Paris cette semaine. Think Live, c’est un véritable laboratoire d’idées pour explorer l’avenir autour de 7 thèmes (#Mobility, #Home, #Nature, #Make, #Work, #Humanity #Society) et plus de 50 interventions exclusives d’experts, chercheurs, designers et responsables d’entreprises parmi lesquels Joel de Rosnay, Bruno Marzloff, Stephane Simon, François Jegou, Ghilhem Chéron, Gilles Babinet pour n’en citer que quelques uns. Une conférence exclusive de Jeremy Rifkin (auteur du livre visionnaire « La nouvelle société du Cout marginal zéro ») s’y déroulera jeudi à 15h50. J’ai la possibilité, grâce à mon ami Alain Thuleau (le patron d’Artevia qui organise cette manifestation), de faire vous faire bénéficier, au titre de lecteurs de mon blog, d’invitations (dans la limite des places disponibles) sur simple demande (m’indiquant votre adresse mail) en commentaire de ce post ou via facebook (message) ou twitter (DM). Je vous communiquerai alors par mail un code promotionnel qui vous permettra de réserver gratuitement les demi-journées de votre choix à partir du programme disponible ici. Les deux jours de conférence (jeudi et vendredi) réservées aux professionnels, sont complétées par 4 jours SHARE&LEARN d’expériences grand public à base de workshops, fablabs, et d’expositions (incluant l’exposition des projets du concours Orange Jeunes Designers). Alors si vous pensez comme moi que le design est au coeur de la création de valeur du monde de demain (cf mon post #JourDuPenseur sur l’esthétisation du monde « Et si le capitalisme était devenu artiste ?« ), ne manquez pas cette occasion !

photoddays

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

guess-the-lions-1

ET SI VOUS FAISIEZ UNE BONNE ACTION EN PARIANT SUR LES CANNES LIONS 2015 ?

guess-the-lions-1

« GUESS THE LIONS !« , c’est le nom de cette jolie initiative qui vous propose de parier sur les futurs vainqueurs du festival CANNES LIONS 2015 au profit d’une bonne cause. En pariant 1 euro sur chaque campagne qui pourrait, selon vous, obtenir un Lion d’Or, d’Argent ou de Bronze, ou le Grand Prix de sa catégorie, vous pourrez VOUS faire du bien (en vérifiant que votre jugement créatif est de classe mondiale), mais surtout, VOUS ferez du bien puisque la totalité des bénéfices ira à l’association Act Responsible, qui l’utilisera dans le cadre de son programme GOOD ACT, pour augmenter la visibilité de campagnes caritatives. Les meilleurs parieurs seront in fine récompensés par des cadeaux offerts par les partenaires de l’opération : abonnement Spotify, Influencia, CB News et Shots, Google goodies, comptes Fotolia, ou courses Uber, entre autres (Il est encore temps pour d’autres partenaires de se joindre au mouvement).

guess-the-lions-desktop-mobile

Pour participer, il vous suffit de vous rendre sur le site www.guessthelions.com et de parier sur les campagnes en stock sur le site, ou de soumettre toute campagne de votre choix (ou de votre agence) qui ne s’y trouverait pas déjà. Vous glissez ces campagnes dans votre « Cart », et vous payez par Paypal ou carte Visa. Le tout en quelques clics ! Je connais bien les trois concepteurs du site (qui travaillent pour de grands groupes publicitaires en France), et j’ai accepté avec plaisir la proposition qu’il m’ont faite d’être parrain de leur sympathique initiative. J’ai donc rendu public mon pronostic (cliquer ici) que j’ai concentré sur la catégorie FILMS en pronostiquant un Grand Prix pour ALWAYS/Like a girl, et des Gold Lions pour John Lewis (« Monty The Penguin »), BBC Music (« God only knows »), l’association No More, et Gatorade (« Made in New York » signé TBWA\Chiat Day). Côté TBWA\France, j’ai également misé sur McDonald’s, Aides et OPI. Vous pouvez d’ores et déjà découvrir les favoris de Geoffroy Hantson (Chief Creative Officer de FCB Happiness), et très bientôt les pronostics de Jacques Séguéla (qui a accepté de participer à la bande-annonce de l’opération ci-dessous), et celui d’Olivier Altmann ou Fred et Farid, pour ne citer qu’eux. Alors n’attendez pas pour contribuer à une bonne action en rejoignant le mouvement GUESS THE LIONS, que vous pouvez suivre sur Twitter (cliquer ici) et sur Facebook (cliquer ici).

Jacques Séguéla introduces Guess The Lions

Let's BET it started! > www.guessthelions.com

Posted by Guess The Lions on Sunday, May 31, 2015

Effets du Kamagra est différent pour tout le monde. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le monde. Pas agréable de penser.

hqdefault

ET SI TOUT SE JOUAIT DANS LE TRAIN ?

« J’la croise tous les matins, 5h40, elle va prendre son train, et moi je rentre… », chantait Johnny … Qui n’a jamais rêvé d’habiter quelques instants dans la tête de quelqu’un d’autre (« d’avoir un tout petit appartement dans son cerveau ») au hasard des rencontres sur le quai d’une gare ou dans un train ? C’est sur cet « insight » imparable (voir mon post « Et si les bons insights faisaient les très bonnes pubs ?« ) que BEING Paris a conçu la toute nouvelle campagne SNCF en partenariat avec le STIF (Syndicat des Transports d’Ile de France) mettant en scène Edouard Baer dans le rôle de l’observateur curieux qui nous commente son environnement éphémère, avec sa verve habituelle . Lire, Tricoter, Textoter, Jouer, Rêver… : 5 films réalisés, « Le temps d’un trajet », par Martin Fougerol et produits par TBWA\Else formant une web série drôle et touchante, tout en finesse. J’adore, et j’en profite puor féliciter publiquement les équipes de BEING Paris et de TBWA\Else pour cette campagne qui contribue à modifier le regard que nous portons sur notre (train train ?) quotidien !

Effets du Kamagra est varié pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.