ET SI COMMUNIQUER REDEVENAIT « METTRE EN COMMUN »?

J’ai décidé de consacrer notre #JourDuPenseur dominical au livre de mon ami Olivier Cimelière :  » Managers, parlez numérique et boostez votre communication » dont j’ai rédigé la postface (dont vous trouverez un extrait en bas de ce post), et dont Thierry Wellhoff et Françoise GRI ont rédigé la préface. Journaliste de formation, Olivier Cimelière a exercé pendant plus de 20 ans d’importantes responsabilités en communication corporate au sein de grands groupes internationaux comme Nestlé Waters, Ericsson, Google, Boehringer Ingelheim et Ipsos. Très tôt, il a été convaincu par les bouleversements profonds que le numérique engendre sur la communication des entreprises et des institutions. Au regard de son expérience professionnelle et de ses analyses régulièrement publiées sur le Blog du Communicant, l’un de mes blogs préférés, il identifié dix enjeux clés qui redéfinissent le métier de communicant au sein des entreprises et doivent inciter tous les managers à faire de la communication numérique un outil stratégique ouvert au dialogue avec les parties prenantes et une source de valeur ajoutée en termes d’expertise. Pour l’auteur, il est impératif de dépoussiérer la vieille communication cosmétique et incantatoire qui n’a plus de sens à l’heure des médias sociaux et de l’intelligence collaborative.

photo (27)

Pour Olivier Cimelière, six changements de paradigmes transforment radicalement la communication des entreprises: le destinataire passif est devenu actif, la délinéarisation et la connectivité sont permanentes, l’ère de la transparence succède à l’ère de l’opacité, l’infobésité succède à la rareté de l’information, le mode collaboratif se substitue au savoir académique traditionnel, et la reconnaissance des pairs prend le pas sur l’expert. Parce qu’un simple internaute peut ébranler durablement la réputation d’une marque, d’une entreprise ou d’un dirigeant, les entreprises se doivent désormais d’adopter une attitude ouverte au dialogue. Mais l’influence numérique se gagnera auprès des internautes qu’à la condition de leur fournir des informations à forte valeur ajoutée et de faire preuve durablement d’engagement conversationnel. Trop souvent les marques ont développé leur présence dans les médias sociaux sous l’angle de « canaux additionnels », et non dans une véritable logique relationnelle. Si elle va au delà de la simple résolution de problèmes de consommateurs mécontents, l’écoute active de toutes ses parties prenantes peut devenir un véritable avantage compétitif pour l’entreprise. En commençant par l’interne, car désormais, la porosité interne/externe de l’entreprise est totale :  » tout écart ou incohérence entre interne et externe peut avoir un impact majeur sur le sentiment d’appartenance des salariés et l’attractivité de la marque employeur ». L’enjeu de confiance devient central et nécessite non des mots mais des actes probants de la part de l’entreprise. L’entreprise devient ainsi de plus en plus son propre média, mais pour Olivier Cimelière, il est important d’aller plus loin et de produire un story-telling de coopération et de dialogue, plutôt qu’un story-telling de conviction. Si l’humain et le dialogue d’égal à égal priment, ils doivent être nourris par des considérations honnêtes et non par des postures opportunistes. Car votre réputation est de moins en moins fondée sur ce que vous décrétez être ! Comme le dit Chris Anderson, « votre marque n’est pas ce que vous en dites, mais ce que Google en dit ». C’est pourquoi « dircom » est un nouveau métier. Le dircom contemporain se doit d’être « un faiseur et un passeur de sens ». Il se doit impérativement d’être connecté, et préférer définitivement le dialogue au monologue. Et retrouver fondamentalement le sens de « communiquer », c’est à dire « mettre en commun » !

photo (1)

D’où la fin de ma postface :  » Votre e-reputation est entre vos mains. Vous êtes responsables de la qualité de la page Google qui apparaît lorsque l’on tape votre nom ou celui de votre entreprise. Avec les réseaux sociaux, vous êtes devenus un média, et votre entreprise est désormais son propre média. Les médias que vous possédez (« media you own »), deviennent aussi importants, sinon plus, que les médias que vous achetez (« media you buy ») dans la perspective d’obtenir le maximum de médias gratuits (« earned media »). Chaque client, chaque prospect, chaque collaborateur de l’entreprise, chaque partenaire devient potentiellement votre ambassadeur. Et il est de votre responsabilité de nourrir chacun des contenus appropriés pour qu’il le devienne, pour qu’il ait envie de partager vos messages avec son propre réseau. Les contenus que vous publiez deviennent de plus en plus liquides : ils circulent et s’enrichissent au fur et à mesure des commentaires des uns et des autres. Vous ne pouvez espérer tout contrôler: il vous faut accepter de lâcher prise, et prendre le risque de la contradiction à laquelle il vous faudra apprendre à répondre avec sincérité. Car le dialogue digital ne peut se faire à sens unique et sans contradiction. Il génère autant de risques de réputation qu’il ne créer d’opportunités d’image. Et la capacité de réponse en temps réel devient décisive. C’est probablement là le plus grand changement de paradigme produit par la communication à l’heure digitale: nous passons d’une logique spatiale à une logique temporelle. L’enjeu n’est plus seulement de communiquer le bon message à la bonne personne, au bon endroit, mais de le faire au bon moment ! La communication se doit désormais d’être synchrone, et donc synchronisée. La communication 365 (jours par an) remplace la communication 360 (degrés). La communication digitale et sociale rebat les cartes. Il ne tient qu’à vous d’en profiter pleinement ».

social-reputation

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.

  1. Hei Bai

    Vous êtes un exemple de cette maîtrise en souplesse de votre e-réputation : mais comment faites-vous pour être aussi présent dans les médias sans être attaqué ou insulté ? un secret peut-être « à communiquer » ;-) ?

  2. Ping : ET SI VOUS EXPLIQUIEZ LA COMMUNICATION DIGITALE A VOTRE BOSS ? | Blog - Nicolas Bordas

Ajouter un commentaire