ET SI LA QUATRIEME REVOLUTION INDUSTRIELLE PASSAIT D’ABORD PAR UNE RENAISSANCE CULTURELLE ?

IMG_8590

J’ai décidé de consacrer notre #JourDuPenseur dominical au dernier livre de Klaus Schwab, le fondateur et Président du World Economic Forum de Davos, dont la prochaine édition se déroule cette semaine, du mardi 17 au vendredi 20 janvier, dans le célèbre petit village Suisse. Plus de 3000 personnes sont attendues, dont une importante délégation chinoise incluant le Président Xi Jinping, mais aussi Jack Ma (Alibaba) ou Zhang Yaqin (Baidu), qui côtoieront les politiques, patrons et célébrités d’usage tels Matt Damon ou Shakira. C’est à l’occasion de Davos 2016 que Klaus Schwab avait publié en anglais le livre “The Fourth Industrial Revolution” qui vient seulement d’être traduit en Français aux éditions Dunod. Cette “quatrième révolution industrielle” était même le thème principal de l’édition 2016 de Davos, mettant en évidence tous les espoirs et les menaces produites par l’intelligence artificielle, la robotique, l’Internet des Objets, les véhicules autonomes, l’impression 3D, le stockage d’énergie, ou les nano et biotechnologies. La partie la plus intéressante du livre de Klaus Schwab réside dans sa trop courte conclusion insistant sur la révolution culturelle nécessaire pour maitriser cette révolution technologique en la mettant au service des hommes, de tous les hommes. Comme le dit Klaus Schwab à juste titre : “La Quatrième Révolution Industrielle a le pouvoir de robotiser l’humanité et d’ébranler ce qui a été traditionnellement pour nous porteur de sens : travail, communauté, famille, identité. Ou bien, au contraire, nous pouvons y trouver l’occasion de faire accéder l’humanité à une nouvelle conscience collective et morale basée sur le sentiment d’un destin commun. C’est à nous qu’il revient de faire en sorte que cette deuxième hypothèse soit la bonne”. C’est pourquoi, malgré toutes les critiques que d’aucun portent sur le Forum de Davos qui donne trop souvent la perception d’un entre-soi élitiste inutile, on ne peut qu’applaudir, à un moment où trop de nations se replient sur elle-mêmes et où la planète souffre d’absence cruelle de gouvernance mondial, qu’il existe une initiative mondiale qui permette de partager ces enjeux, et que le thème 2017 de Davos “Responsive & Responsible Management”, soit celui de la responsabilité de l’exercice du pouvoir par ceux qui en ont un.

industrie 4_presse_3

La première révolution industrielle fut celle de la production mécanisée, à partir de 1760, déclenchée par l’invention de la machine à vapeur et la construction des chemins de fer. La deuxième révolution industrielle démarre un siècle plus tard avec la production de masse permise par l’électricité et les chaines de montage. La troisième révolution industrielle émerge à la fin des années 60 avec l’informatisation catalysée par le développement des semi-conducteurs, puis des ordinateurs et de l’internet. Alors pourquoi parler de quatrième révolution industrielle ? Pour Klaus Schwab, elle se caractérise par “la présence universelle d’Internet sous sa forme mobile, pas des capteurs toujours plus petits, plus puissants et moins chers, et par l’apparition de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique des machines (“Machine Learning”)”. Pour lui, c’est la fusion des technologies et leur interaction simultanée dans le monde physique, numérique, et biologique qui constitue l’originalité de cette quatrième Révolution Industrielle : “On assiste à plusieurs vagues d’innovations simultanées dans toutes sortes de domaines, du séquençage génétique aux nanotechnologies, des énergies renouvelables à l’informatique quantique”, imposant de repenser nos systèmes économiques, sociaux et politiques, du fait de ce changement systémique. Pour Klaus Schwab, “les bienfaits que l’on peut attendre de la Quatrième Révolution Industrielle sont à la mesure des risques qu’elle soulève”.

Selon Klaus Schwab, cette quatrième révolution industrielle est alimentée par des éléments moteurs de type matériel d’une part (Véhicules autonomes, Impression 3D, Robotique de pointe, Nouveaux matériaux), par le numérique (en particulier l’internet des objets, mais aussi la blockchain) d’autre part, et enfin par le progrès biologique (biologie de synthèse, génie génétique…). Si cette révolution technologique est sans précédent, elle annonce surtout des changements économiques, sociétaux et culturels d’une telle ampleur qu’il est très difficile de les prévoir avec précision. Pour Klaus Schwab, une force centrale est à l’oeuvre, celle de l'”empowerment” (autonomisation/émancipation) qui va venir bouleverser les relations entre les gouvernements et les citoyens, entre les entreprises, leur salariés, leurs actionnaires et leurs clients : “L’impact de la Quatrième Révolution Industrielle sur les modèles politiques, économiques et sociétaux existants obligera les acteurs à reconnaitre qu’ils font désormais partie d’un système où le pouvoir est réparti, et où la réussite nécessite plus de collaboration et d’interactions”. Avec un impact économique fort sur la croissance, la productivité et surtout l’emploi : “Les emplois routiniers à niveau de salaire moyen seront massivement détruits”. C’est la nature même du travail qui est en jeu, et qui amène à se réinterroger sur le sens du travail. Du côté des entreprises, Schwab souligne quatre impacts majeurs : l’évolution des attentes des clients (expérience clients), l’enrichissement des produits par la donnée, de nouveaux partenariats (innovation collaborative), et de nouveaux modèles numériques de fonctionnement. Pour réussir, “les entreprises devront passer d’une structure hiérarchique à des modèles connectés et collaboratifs.

Mais au delà de l’économie, c’est toute la société qui est bouleversée : le fonctionnement des institutions et des organismes publics, les gouvernements, les Etats, les Régions et les villes qui doivent devenir des centres d’innovation (en particulier en matière de gestion de l’énergie et de l’environnement). Pour Schwab, “le problème majeur de nos sociétés consistera à assimiler la modernité tout en se nourrissant des éléments traditionnels de notre système de valeurs”. Le risque de montée des inégalités est majeur. D’autant plus que la Quatrième révolution industrielle “ne change pas seulement ce que nous faisons, mais qui nous sommes”. Pour maitriser ces gigantesques nouveaux défis, Klaus Schwab propose de mobiliser nos quatre formes d’intelligence : L’intelligence contextuelle (le cerveau), pour une meilleure compréhension du monde qui change, l’intelligence affective (le coeur) et la capacité d’empathie, l’intelligence inspirée (l’âme) et le sens de l’intérêt général, et l’intelligence physique (le corps) pour prendre soin de la santé et du bien-être de soi-même et de ses proches. La Quatrième Révolution industrielle appelle donc urgemment une véritable Renaissance Culturelle si nous voulons influencer son cours et façonner notre avenir d’une manière qui profite à tous. Il faut cesser de prendre nos décisions d’une manière compartimentée car les défis sont interconnectés, il nous faut élaborer un récit positif reposant sur une vision humaniste commune explicitant les valeurs et principes éthiques sur laquelle elle repose, et il nous faut “restructurer notre système économique, social et politique afin de mieux pouvoir tirer parti des opportunités qui se présentent”. Cela n’est possible que dans une logique de coopération et de dialogue constant : au niveau local, national et supranational. Comme le rappelle le professeur d’Harvard Martin Nowak : ” La coopération est la seule chose susceptible de racheter l’humanité”. Nous n’avons pas d’autre choix que d’assumer la responsabilité collective dans lequel la technologie et l’innovation sont centrés sur l’humanité et l’impératif d’être au service de l’intérêt général. Pour “construire un avenir vivable pour tous, en donnant à l’humain a première place, en redonnant du pouvoir aux citoyens, sans jamais oublier que toutes ces technologies nouvelles sont en premier lieu des outils faits par les hommes, pour les hommes”.

10284_img-1453489776

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>