Et si le Personal Branding était plus utile que vous ne le pensiez ?

Je m’apprêtais hier après-midi à écrire le post #JourDuPenseur dominical consacré à un  livre dont je vous parlerai finalement dimanche prochain, quand j’ai vu passer par hasard sur mon fil Twitter, un tweet signé Alysse Hallali, étudiante à l’Ecole de la Communication à Sciences Po, rédigé de la manière suivante :  » David Jobin nous fait la plateforme de marque de Nicolas Bordas ». Evidemment, je clique sur le lien associé, et je découvre, à ma plus grande surprise, que mon camarade et ami David, qui enseigne avec moi chaque jeudi matin à Sciences Po le cours sur LA MARQUE depuis 5 ans, avait répondu favorablement à la demande des étudiants qui l’interviewaient, d’élaborer en live face caméra ma plate-forme de marque personnelle, en appliquant les concepts fondamentaux de la plate-forme de marque que nous enseignons dans le cours : Héritage, Vision, Client Idéal, et Dynamisme. Dans ce portrait, que je reconnais au demeurant profondément amical et quelque peu flatteur, David, que je remercie ici  pour avoir omis de mentionner la plupart de mes défauts, insiste non seulement sur le fait que j’aime bien le débat d’idées, mais aussi sur le fait que j’aimais bien avoir le dernier mot. J’ai donc décidé de répondre publiquement à ce portrait public, pour à la fois préciser ma plate-forme de marque, mais surtout partager avec vous une conviction plus profonde : à l’heure où nous sommes tous devenus, volontairement ou involontairement, des médias, il n’est pas inutile de s’arrêter sur le sens explicite et implicite donné à son image publique, en particulier au travers des réseaux sociaux.

home2_img1_meCommençons par préciser quelques points de ma plate-forme de marque personnelle vue par David dans la vidéo ci-dessus. Sans passer par le divan d’un psychanalyste, je pense que mon héritage tel qu’il le définit n’est pas faux: la réussite (plus précisément le plaisir de réussir), est un de mes moteurs, et fait partie de mon ADN. Mes proches vous confirmeront que, depuis tout petit, je n’aime pas perdre. Je pense par contre que David est incomplet sur la vision qu’il me prête (le débat pour avancer), même si la vision que je pense être la mienne, en est le résultat : le débat n’a de sens pour moi que parce qu’il crée la tension nécessaire à l’accouchement des idées. Ma vision fondamentale, c’est que les idées changent le monde, et que le débat est nécessaire pour produire des idées nouvelles : il faut être deux pour (pro)créer. Ma vision est donc celle d’un idéaliste, par ailleurs humaniste planétaire. Le débat est plus pour moi un moyen qu’une fin. Le « client idéal », vu ici sous l’angle de l’étudiant Sciences Po tel que défini par David autour de l’ambition, n’est pas sans fondement. Je préfère enseigner aux élèves à penser hors des clous, pour trouver des idées nouvelles, plutôt qu’à simplement bien réfléchir au risque de rester dans la norme. C’est la raison d’exister de mes interventions « contrepoint » en complément du cours. David a manifestement manqué de temps pour réfléchir à ce que nous appelons le « dynamisme » de la marque me concernant, sinon il serait arrivé à l’idée que la curiosité, donc l’ouverture aux idées nouvelles et aux idées des autres, est mon moteur. Mais, une fois ces quelques nuances apportées, l’analyse, même rapide, de David me conforte dans l’idée que les concepts enseignés sur les marques commerciales ou institutionnelles, font sens pour les marques personnelles . Celles et ceux qui fréquentent régulièrement ce blog, ou qui ont lu mon livre « l’idée qui tue », pourront y voir l’expression publique de cette identité de marque qui est la mienne, identité de marque personnelle que chacun construit aujourd’hui plus ou moins consciemment sur le net.

Image de prévisualisation YouTube

Tenir un blog est, selon moi, le meilleur moyen de faire avancer sa réflexion en matière de « personal branding ». Un blog exige un parti-pris de positionnement personnel, ne serait-ce que pour exister dans l’immensité des idées et opinions qui circulent sur le net, en situation compétitive (et l’on sait que le rôle de la marque commence lorsqu’il y a concurrence). Le blog est forcément un point de rencontre entre ce que l’on est et ce que l’on veut être. Mais l’intérêt d’un blog, qu’il s’agisse de celui d’une personnalité connue d’un public large ou connu de ses quelques amis, ça n’est pas simplement l’image qu’il donne de soi, c’est sa capacité à orienter et structurer sa pensée et sa propre évolution. La valeur du blog est d’abord pour celui qui l’écrit, indépendamment de son lectorat. Comme le disent Seth Godin (auteur du concept de « permission marketing ») et Tom Peters (à qui l’on attribue le premier usage du terme « Personal Branding » en 1997 avec son concept de « Brand You »), l’intérêt d’un blog est d’abord de vous faire réfléchir à ce que vous voulez dire (vision), à ce que vous pouvez dire (héritage et légitimité), à votre audience (client type) et à votre dynamisme (qui va créer l’unité entre vos posts). Concevoir  un blog vous oblige à apporter des réponses à ces bonnes questions, à définir de manière explicite votre positionnement (autrement dit à définir la manière dont vous souhaitez être perçu par les internautes qui taperont votre nom sur Google), mais surtout à vous définir vous-même en vous forçant à répondre à la question centrale de votre contribution à l’avancée du débat (ou à l’avancée du monde). Car la question clé du positionnement reste pour une marque commerciale comme pour une marque personnelle: « Qu’est-ce qui manquerait au monde si vous n’existiez pas ? ». Si la réponse est « rien », c’est que vous n’avez pas de positionnement compétitif, et donc que vous ne servez pas à grand chose.

11-its-not-how-goodL’un des meilleurs créatifs publicitaires anglais, Paul Arden, décédé en 2008, a écrit un petit livre que je vous recommande, intitulé en français  » Vous pouvez être ce que vous voulez être ». Il avait conçu son livre comme « un guide concis pour tirer le meilleur de soi-même, une bible de poche qui permettra aux timides talentueux de penser l’impensable et de rendre possible l’impossible ». L’un de ses bons conseils est d’apprendre à ignorer ses limites, en « essayant de faire ce dont on se croit incapable « . C’est le meilleur moyen d’arriver à se dépasser : « du moment que vous avez un but, toutes les réussites sont possibles ». C’est ce but, cette vision qui doit entièrement vous guider. L’idée n’est pas simplement que « Perception is reality », mais surtout que « Perception becomes reality ». La perception que vous décidez de donner, en réfléchissant un tant soit peu à votre positionnement, n’a pas simplement une influence sur le regard que les autres vous portent, mais a surtout une incidence sur votre propre comportement : vous devenez ce que vous voulez être, en l’occurrence, ce que vous voulez que les autres perçoivent de votre être. C’est vrai des marques commerciales, comme des marques personnelles. La vision d’Apple « Think different » influence son comportement, qu’il s’agisse de ses produits ou de la manière de les commercialiser dans un Apple Store. La vision de Lady Gaga influence son comportement : la nature de ses chansons, et la relation à ses fans. Cette loi générale de la vie prend tout son sens à l’heure des réseaux sociaux. Les choix que vous faites volontairement ou involontairement en matière de représentation de votre identité sur Facebook, Twitter, ou tout autre réseau social public, sont, que vous le vouliez ou non, engageants à la fois dans la relation que les autres entretiendront avec vous, et à la fois dans la manière dont vous vous comporterez avec eux pour être « en ligne avec votre promesse ». N’est-ce pas suffisamment important pour que cela vaille la peine de s’en préoccuper, au moins un petit peu ? Alors, quelle est votre héritage ? votre vision ? votre public ? votre dynamique ? Fixez vous un objectif ambitieux et durable. Ceux qui l’ont fait ne le regrettent pas ! Comme le dit Paul Arden, « mieux vaut regretter ce qu’on a fait, que ce que l’on a pas fait » … Et vous verrez alors que le personal branding peut-être très différent du personal branling !

3255234713_406c60cba0

Effets du Kamagra est varié pour tout le règne. Il suffit de ne pas dire quelle option est la meilleure alternative. Et il est intéressant pas pour tout le paix. Pas agréable de penser.

Il existe de nombreux médicaments pour divers cas. Il existe de nombreuses pharmacies juridiques sur Internet qui traiteront les ordonnances. Il ya de nombreux médicaments pour chaque affliction. Ci-dessous sont des conseils de défense importants sur « Acheter du Kamagra 100mg« . Lorsque vous obtenez des remèdes comme Kamagra, vous devez vous souvenir de « achat kamagra 100mg« . Une autre question que nous allons nous poser est « kamagra oral jelly« . Bien que la dysfonction érectile elle-même n’est pas nécessairement grave, il est parfois l’un des premiers signes précurseurs des autres conditions de santé sous-jacentes qui peuvent être très graves. Demandez à tout le monde et il répondra lequel tout médecine a des effets secondaires. Avec de bonne célébrité source vous obtenez des économies, qui peuvent également être rachetées bien pensé de la pharmacie en alignement avec une prescription valide pour ce remède.

  1. Johanna

    Excellente analyse sur le personal branding et l’importance de croire en ses rêves !

  2. Eileen Bastianelli

    I always liked you – appreciated your vision – but you should know Paul Arden’s book is always on my desk and travels with me virtually everywhere…

    Debattons even in French about this – would be good to see you.

  3. @Hemmapil

    Merci pour cette analyse encore une fois édifiante. Le livre de Paul Arden m’a beaucoup marqué… et se trouve maintenant souvent dans le rayon « développement personnel » des librairies ! Ce qui est valable pour le « branding » des individus est révélateur d’un virage général vers l’histoire de marque. Ce qui va compter de plus en plus, c’est la « sincérité » des actions de communication et la cohérence des multiples traces laissées par l’entreprise… et pas seulement le simple déclaratif martelé dans les médias traditionnels.

  4. David

    Salut Nicolas ! A quand ton prochain livre ? Si tu manques de temps, je te propose de le faire sous forme d’un dialogue. Je te pose les 99 questions que tout jeune communiquant aimerait te poser sur tes secrets de savoir-être. Ce serait un joli moment de transmission comme tu as l’air de les apprécier de plus en plus ;-) Et merci pour ce post ! Amitiés, David.

  5. lydia [Consultante SEO]

    Merci pour ce billet, de loin le meilleur que j’ai lu sur ce sujet !J’ai toujours beaucoup hésité à me « livrer » sur un blog et j’ai aimé vous lire et vous voir vous dévoiler ici. Merci.
    PS : Je n’ai pas trouver le boutton « twitter » pour partager ce billet?

  6. Ping : MOI, Consultante en Référencement Naturel (SEO ;-) | Lydia Arzour

Ajouter un commentaire