ET SI L’INTRAPRENEURSHIP ETAIT LE NOUVEL ENJEU DES ENTREPRISES ?

IMG_3554

J’ai décidé de consacrer notre #JourDuPenseur dominical au dernier livre de mon ami Philippe Bloch « STARTUP ACADEMY » sous titré « Comprendre une nouvelle génération d’entrepreneurs ». J’ai rencontré Philippe pour la première fois il y a plus de 30 ans lorsque nous passions les concours d’école de commerce parisiennes ensemble. Nos patronymes nous ont rapprochés avant même que nous ne devenions voisins de bureau à l’ESSEC, lui en tant que Président de la Junior Entreprise, et moi en tant que Président du Bureau des Elèves. Depuis Philippe a écrit, avec Ralph Hababou, un premier best-seller « Service Compris », mettant en évidence le retard français en matière de service, suivi de « Dinosaures et Caméléons », « Bienvenue les fêlés… » et plus récemment « Ne me dites plus jamais bon courage », qui fait la chasse aux expressions inutilement pessimistes dont notre quotidien est truffé (voir mon post « Et si on arrêtait de parler triste?« ). Après avoir été lui-même été créateur d’entreprise (PBRH Conseil puis Colombus Café), Philippe est aujourd’hui conférencier, animateur sur BFM Business et chroniqueur aux Echos. Dans « Startup Academy », Philippe Bloch, qui vit une bonne partie de son temps à New York tout en étant basé également à Paris, et qui a investi dans plusieurs startups, nous explique comment la culture startup doit « disrupter » en profondeur le Management, en transformant les managers en leaders ayant la capacité d’animer un collectif d’intrapreneurs.

________________________________________________________________________________________________

UNE REVOLUTION MANAGERIALE EST EN MARCHE.

Dans le chapitre 11 de « Startup Academy » intitulé « Tout n’est pas bon dans la startup », Philippe Bloch ne manque pas de souligner les limites managériales de la logique startup appliquée aux grandes entreprises. « StartUp Academy » n’est pas un enième livre célébrant naïvement les startups au travers de multiples exemples trop souvent utilisés. Pour Philippe Bloch qui connaît bien à la fois les grandes entreprises qu’il conseile, et les jeunes entrepreneurs qu’il a souvent eu l’occasion de cotoyer, l’objectif est de fournir à tout chef d’entreprise un petit guide simple mais pas simpliste du Management à l’heure de la transformation digitale et de l’arrivée en masse des digital natives dans les entreprises. Considérant qu’il n’est plus nécessaire de revenir sur le « pourquoi » accélérer sa transformation digitale (« Disruptez ou soyez disrupté !» – voir également mon post sur ce thème la semaine dernière en cliquant ici ), Philippe Bloch décide de s’attaquer au quoi et au comment, c’est à dire à la pratique du Management des grandes entreprises du 21ème siècle, au travers de dix conseils : 1. Ayez envie de changer (un peu) le monde. 2. Sachez allumer le feu (mais pas trop) 3. Apprenez à faire plus avec moins. 4. Acceptez de vivre dans l’incertitude. 5. Sachez échouer, mais vite ! 6. Adoptez le meilleur de la data 7. Faites plus confiance aux valeurs qu’aux process, 8. Travaillez « avec » et non plus contre, 9. Mettez le digital au service de l’humain, 10. Soyez résolument optimistes. Chacun de ces 10 commandements pour un nouveau management est illustré d’exemples précis et convaincants.

men-with-ideas

GENERATION INTRAPRENEURS.

Mais la partie la plus intéressante du livre selon moi, réside dans son credo pour l’avènement du management intrapreneurial, auquel je crois personnellement beaucoup, et que Philippe Bloch qualifie de « vraie révolution managériale ». Apparu pour la première fois sous la plume du consultant Gifford Pinchot et de son épouse Libba en 1978, le mot « intrapreneur » recouvre une multitude de réalités, mais un seul état d’esprit. Pour Phiippe Bloch, il ne faut pas limiter ce terme aux créateurs de filiales, ou à celles et ceux qui rejoignent des programmes d’incubation, mais considérer tout collaborateur d’une entreprise comme un intrapreneur potentiel : « Quiconque aime la découverte et l’exploration de nouveaux territoires (par définition inconnus et donc incertains) et met ce talent au service de l’entreprise est un intrapreneur ». Ce qui au passage correspond parfaitement aux attentes et aux valeurs des Millenials qui veulent apprendre, en toute liberté, en faisant preuve de courage et de sens des responsabilités. Sans compter que l’un des caractéristiques majeures des intrapreneurs réside dans « leur capacité à s’auto-motiver, même quand leur management est défaillant ». Pour Philippe Bloch, les intrapreneurs sont ceux qui savent importer du stress pour exporter des solutions. Ils se comportent comme s’ils étaient copropriétaire ou cofondateur de l’entreprise en prenant les initiatives appropriées. Ils encouragent, acceptent et savent valoriser les échecs. Ils savent s’entourer de gens forts et de fortes personnalités. Ils savent reconnaître, célébrer et partager les succès. Et ils diffusent autour d’eux une véritable « contagion émotionnelle positive ». Pour Philippe Bloch, « L’avenir appartient à des mini-collectivités d’intrapreneurs cross-fonctions obsédés par la satisfaction de leurs clients qui opèrent en toute transparence, expérimentant rapidement et prenant des risques, commençant petit et rêvant grand, qui voient dans chaque échec une source inépuisable d’apprentissage et d’amélioration, et qui se moquent de leur réputation auprès de leur chef ». Faites leur confiance et ils sauront faire passer votre entreprise du « slow motion » au « Time lapse » !

twitter-background3

Ajouter un commentaire