ET SI ON « LIKAIT » ET « RETWEETAIT » PLUS GENEREUSEMENT ?

Like_megaphone_facebook_thumb800

Une conversation avec quelques amis blogueurs cette semaine m’a donné envie de consacrer ce #JourDuPenseur à un sujet qui peut vous apparaitre marginal à priori, mais qui recouvre en fait un enjeu plus essentiel : celui de la qualité des contenus partagés sur les réseaux sociaux. Le succès quantitatif de Facebook et Twitter a pour effet mécanique d’augmenter le nombre de personnes que vous suivez ou que vous acceptez comme amis, générant des flux plus riches et diversifiés, mais aussi souvent de moindre intérêt qualitatif, car, par essence, nous n’avons pas le même niveau d’intérêt pour les passions ou les humeurs de chacun de nos amis. Ce qui génère un effet pervers : on lit moins et donc, on relaie moins. Et l’on en vient à accepter l’idée que l’intérêt général de son flux est condamné à baisser . Au point d’oublier que chacun est responsable et peut agir sur la qualité de son propre flux !

retweet1

La première solution consiste bien entendu à être plus sélectif : supprimer des amis facebook dont les contenus ne nous intéressent pas ou peu, et classer les personnes que l’on suit sur twitter dans des listes qui permettent un suivi ciblé. Mais j’aimerais vous convaincre d’adopter une autre solution, moins égocentrée et plus généreuse, qui consiste à « liker », partager et « retweeter » davantage les contenus que vous jugez digne d’intérêt. Cette solution présente un double avantage. Premièrement, vous augmenterez ainsi mécaniquement la qualité de votre flux personnel, en réception pour Facebook (puisque son algorithme privilégie la mise en avant les contenus produits par des personnes que vous avez « likées » ou dont vous avez partagé les posts), et en émission pour Twitter (puisque la qualité de vos « Retweets » vous permettra de recruter une audience de qualité). Mais surtout, vous contribuerez ainsi à augmenter la qualité générale des flux partagés sur les réseaux sociaux, en permettant aux meilleurs contenus d’être plus visibles (puisque l’exposition, donc la visibilité des contenus Facebook dépend mécaniquement de leur nombre de « like » et de « share », et que les contenus twitter se propagent principalement par le « RT »).

Sans compter qu’en « likant » et partageant plus généreusement les posts qui vous intéressent, vous récompenserez et encouragerez toutes celles et ceux, blogueuses, blogueurs, curatrices et curateurs, qui investissent leur temps, leur énergie créatrice, et leur talent pour produire des contenus qui mériteraient souvent une plus grande audience. Si vous pensez comme moi que partager le (bon) post d’un blogueur, ou la pépite dénichée aux tréfonds de Youtube, a plus de valeur que le partage d’une « news » déjà largement diffusée dans les médias, ou le énième « RIP » en mémoire de la célébrité décédée, rejoignez le mouvement #LikeAndShare que je tente de soutenir ce matin ! En commençant par « liker » et partager ce post associé au hashtag #LikeAndShare ?

like-and-share

  1. Emery

    J’ai cherché le lol final.

    Tu es sérieux donc.

  2. Brice

    Sur un plan philosophique il s’agit de reprendre le contrôle et de formater son environnement. On est dans une évolution darwiniste du savoir. Seules les infos les plus fortes et les plus résistantes survivront et modéliseront les médias sociaux.

  3. Laurent

    Tout à fait en phase. L’algorithme, c’est pas automatique.
    Pour le coup j’ai commis fin mars une notule dans le même esprit.

Ajouter un commentaire