ET SI VOTRE PROCHAIN PATRON ETAIT CHINOIS ?

IMG_5660

Retour de notre rubrique #JourDuPenseur consacrée au dernier livre de Denis Jacquet et Homéric de Sarthe intitulé « Pourquoi votre prochain patron sera chinois », publié chez Eyrolles dans la collection L’InstantQuiSuit. Les lecteurs assidus de ce blog connaissent bien mon ami Denis Jacquet ( Voir mon post de 2017 « Et si nous avions l’Ubérisation que nous méritions ? » en cliquant ici). Entrepreneur impénitent (Edufactory), il a fondé « Parrainer la croissance » et l’Observatoire de l’Ubérisation avant de créer le mouvement Day One, destiné à aider le monde à s’adapter face aux changements engendrés par la révolution digitale. Son co-auteur, Homéric de Sarthe, a vécu en Chine pendant sept ans, et parle couramment le mandarin. Il a monté trois sociétés en Chine, avant de revenir en France pour développer Pitchboy, leader de la formation commerciale en réalité virtuelle assistée par l’intelligence artificielle. Le Salon de l’Innovation technologique VivaTech qui vient de se finir, a mis pleinement en lumière la philosophie de Jack Ma, Président Fondateur du groupe Alibaba (voir vidéo ci-dessous) : Prendre le futur à bras le corps (« Embrace the Future » ), sans trop se poser de questions (« Don’t worry with the worries ») considérant que tous les problèmes ne sont que des opportunités que l’on doit régler en avançant (« Hard Working – Keep on learning). Cette croyance forcenée dans un futur meilleur accessible par le travail et la technique, est aussi celle qui anime le prodige de l’intelligence artificielle Kai-Fu Lee, autre intervenant à VivaTech vendredi dernier. Né à Taiwan, ancien d’Apple, de Microsoft et Google, il est aujourd’hui à la tête de Sinovation ( 370 start-up dont 15 licornes et plusieurs « décacornes » (valorisation supérieure à 10 milliards de dollars), qui accélère sans état d’âme le développement de l’Intelligence Artificielle en Chine. Pour lui, « La Silicon Valley a l’air carrément endormie comparée à ses concurrentes de l’autre côté du Pacifique ». Comme le souligne Les Echos « Dans le monde de Kai-Fu Lee, l’Europe n’existe pas ». D’où la pertinence du sous-titre du livre de Denis Jacquet et Homéric de Sarthe : « Peut-on renverser la vapeur avant qu’il ne soit trop tard ? »

Pour Denis Jacquet (interviewé ci-dessus par l’excellent Ralph Hababou), et Homéric de Sarthe, « La Chine avance plus vite vers le monde qu’Elon Musk vers Mars ». En utilisant d’abord et avant tout sa puissance commerciale nourrie par la technologie, la puissance de son marché intérieur, et la reconstruction de la Route de la Soie : « La Chine ne fait pas la guerre, comme les Etats-Unis. Elle préfère l’investissement, le commerce ». C’est pourquoi, si l’on en croit les auteurs, la Chine sera votre patron, pas forcément parce que votre supérieur hiérarchique sera chinois, mais surtout parce le capital de votre entreprise le sera devenu. En prospérant sur une promesse désormais intenable en Occident : celle d’un avenir meilleur à chaque génération. Les auteurs repartent des origines historiques de la conquête mondiale chinoise, et le démarrage du miracle chinois avec la première route de la Soie du temps de Marco Polo, puis le développement des routes maritimes. Ils reviennent ensuite sur les raisons du repli sur soi de la Chine, dont le premier objectif devint de nourrir sa population en limitant les famines, en se protégeant des agressions extérieures, tout en devenant le premier exportateur du monde, avant de trouver au 21ème siècle, les moyens d’une nouvelle expansion économique alimentée par la transformation technologique. La force de la Chine a toujours consisté à apprendre de ses défaites passées pour être plus forte dans le futur. A l’exemple des Nouvelles Routes de la Soie dans lesquelles le Gouvernement chinois investit plus de 900 milliards. En misant tout sur les nouvelles technologies : le pays réputé « copieur » est en train de devenir le premier pour ses dépôts de brevets ».

Pour réussir sa (re)conquête mondiale, la Chine est entrée dans l’ère du pragmatisme économique, depuis le fameux « Enrichissez-vous « de Deng Xiaoping en 1992, dans une alliance unique entre le pouvoir économique et le pouvoir politique (ce dernier ne se privant pas de rappeler régulièrement aux entrepreneurs les plus en vue ce qu’ils doivent à leur pays). Comme le soulignent Denis Jacquet et Homéric de Sarthe, « En Chine, seule l’action compte et surtout le résultat. Le gouvernement est un soutien puissant, qui sait monnayer le retour d’ascenseur, mais aussi rappeler que les entrepreneurs ne doivent en aucun cas s’occuper de politique… Aucun risque qu’un Trump chinois arrive au pouvoir dans un avenir prévisible : les capitaines d’entreprise ne deviendront pas timoniers ». Pour réussir en Chine, il faut aussi comprendre le pouvoir du paternalisme et des réseaux. Mais pour les auteurs, la force de la Chine est surtout de penser long terme, d’avoir des objectifs clairs et une capacité hors norme d’application de ses plans quinquennaux qui permettent de bâtir dans une perspective durable avec cohérence. L’actuel 13ème plan quinquennal (2016-2020) a, parmi ses objectifs, celui de « monter dans la chaine de valeur, en abandonnant l’ancienne industrie lourde et en construisant des bases d’infrastructure modernes, à forte intensité d’information (intelligence artificielle, Big Data, scoring …). Et la technologie avance à grande vitesse, donnant naissance ce que les auteurs appellent « des bébés dragons survitaminés » comme Haier, Lenovo, Li-Ning (le « Nike » chinois), et bien sûr les fameux BATX (Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi) qui partent progressivement à la conquête du monde, dont il ne faut pas oublier qu’ils en ont toujours été le centre (en chinois, Chine se dit « ZhongGuo », c’est à dire Empire du Milieu), en s’appuyant sur un marché intérieur gigantesque et une capacité de travail hors norme. Avec la conviction profonde que « tout problème peut et doit être résolu », que l’ « on ne peut gagner sans apprendre de ses échecs », et que « le futur s’invente en marchant ». A marche forcée.

China flag internet on computer keyboard

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>