ET S’IL ÉTAIT TEMPS D’APPRENDRE À DEVENIR À LA FOIS STRATÈGE ET CRÉATIF ?

Capture d’écran 2020-02-09 à 10.25.53

Jeudi dernier a eu lieu le lancement officiel du tout nouveau Mastère Communication de l’Ecole d’art et création Penninghen « Creative Branding & Strategic Design », qui ouvrira ses portes en Septembre 2020 en accueillant pour moitié des étudiants issus d’école d’art, et pour moitié des étudiants issus de formations commerciales (niveau bac+3 ou Bac+4), afin de leur donner une formation à la fois créative ET stratégique. J’ai conçu ce tout nouveau programme avec Gilles Poplin, Directeur de Penninghen et son équipe pédagogique, pour mettre fin à cette incroyable bizarrerie de l’enseignement qui oblige les uns à sacrifier leur hémisphère gauche et les autres à sacrifier leur hémisphère droit, alors que nous savons tous que les meilleurs communicant.e.s sont celles et ceux qui sont à la fois stratèges ET créatifs. Depuis plus de 35 ans que j’exerce avec passion mon métier de conseil en communication, j’ai eu l’occasion d’observer à quel point le cœur de la valeur ajoutée communicationnelle réside dans la capacité d’exprimer stratégiquement son idée et créativement son concept.

IveJobs

Apple serait mort avant l’an 2000 sans Steve Jobs, mais que serait devenu Apple sans le designer Jony Ives (photo ci-dessus) ? Lorsque Steve Jobs reprend les rênes d’Apple en 1996, il place le design et l’innovation au centre de la stratégie de l’entreprise. Le patron du design est alors licencié et Jobs parcourt le monde à la recherche de son remplaçant. Des sommités comme Richard Sapper ou Ettore Sottsass sont approchées. Et puis, Jobs découvre un projet de cartable électronique destiné aux enfants, réalisé par un designer de la maison. Il le convoque, l’écoute longuement et comprend qu’il a en face de lui l’homme qu’il lui faut et qui sera à l’origine du design de tous les produits à succès d’Apple. Mais si Steve Jobs fut aussi sensible à l’enjeu du Design dans la renaissance d’Apple, c’est parce qu’il avait lui-même décidé de suivre, quand il était jeune, des cours gratuits de calligraphie dispensés par le moine trappiste Robert Palladino, ce qui lui fit dire dans son fameux speech aux étudiants de Stanford University : « Si je n’avais pas suivi ce cours de calligraphie, le Mac n’aurait jamais eu autant de polices d’écriture et des polices à espacement proportionnel». La création est une expertise qui nécessite connaissances esthétiques et intelligence émotionnelle .C’est à la fois une sensibilité et un état d’esprit …

BergéStLaurent

Yves Saint-Laurent a 22 ans quand il rencontre en 1958 Pierre Bergé, qui ne le quittera plus jusqu’à sa mort. Le jeune couturier était déjà connu pour son travail chez Christian Dior avec la fameuse collection “Trapèze” qui connut un immense succès. Mais après son licenciement lié à son usage excessif de drogue et à son caractère dépressif en 1960, il n’aurait jamais pu créer la Maison qui porta son nom sans l’aide de Pierre Bergé. Un Pierre Bergé qui fut l’architecte de l’ombre de la construction de la marque et du mythe qu’Yves Saint-Laurent n’avait aucune chance de réussir seul, avec ses doutes et ses failles de créateur tourmenté. Pierre Bergé était un “self made man” (il arrêta ses études juste avant le baccalauréat), mais il voulait être journaliste ou écrivain lorsqu’il monta à Paris à l’âge de 18 ans, et se forma à la littérature en fréquentant Cocteau, Aragon, Camus, Sartre, Giono et André Breton, ainsi qu’à la peinture auprès de Bernard Buffet dont il fut le compagnon. Le business ne s’apprend pas que dans les business schools …

Capture d’écran 2020-02-08 à 13.14.32

Aujourd’hui, la transformation digitale et l’urgence sociétale obligent toutes les entreprises à devenir des industries créatives. De la redéfinition de l’offre produis/services à impact positif, à la création de valeur sociétale par des approches innovantes, chaque entreprise, chaque institution, chaque association, chaque organisation a désormais besoin d’inventer et de se réinventer. Du Design thinking à la direction artistique, le nouvel enjeu est de mettre les talents créatifs au cœur des entreprises et au service de leur stratégie en participant à leur gouvernance. Pour créer et s’adapter en temps réel, les entreprises doivent s’appuyer sur des talents qui ont à la fois une compétence stratégique et un savoir-faire créatif. C’est pourquoi Penninghen, école d’art leader du marché, a décidé de proposer une formation qui apporte aux jeunes créatifs la compétence business, stratégique et commerciale qu’ils n’ont pas, et aux jeunes issus de formations universitaires ou commerciales (en particulier BBA), la formation artistique qui leur manque, sans oublier les “soft skills”, jusqu’à l’art oratoire et performatif en partenariat avec le Cours Florent (voir cursus ci-dessus). Cette formation a aussi été conçue pour aider les créatifs à monter leur propre structure s’ils le souhaitent, et pour stimuler la création d’entreprise sur la base des projets développés en deuxième année. Si, comme moi, vous êtes trop âgé pour suivre cette formation d’excellence, vous pouvez néanmoins en profiter en prenant des stagiaires en fin d’année 1, ou en recrutant les diplômés de la première promo dans deux ans ! Bienvenue dans un monde où la stratégie et la création, enfin, ne font plus qu’un.

Capture d’écran 2020-02-08 à 14.53.02

Pour plus d’information sur le mastère Communication de Penninghen “Creative Branding and Strategic Design”, cliquer ici !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>