ET S’IL N’Y AVAIT PAS MOINS D’HOMMES QUE DE FEMMES AU TEDXWOMEN VENDREDI À LA SALLE PLEYEL ?

7HmdIG_T

MIXITY. C’est le thème choisi par Béatrice Duboisset et toute son équipe de bénévoles pour la troisième édition du TEDxChampsElysées WOMEN qui se tiendra vendredi 4 novembre dans la nouvelle Salle Pleyel à Paris (voir mon post consacré à la première édition ici et à la seconde édition : ). Inutile de vous présenter les événements TEDx issus des conférences TED que vous connaissez forcémment, mais il est peut-être utile de rappeler la particularité des TEDxWomen, qui se déroulent dans le monde entier sur une même période temporelle, au même moment que la conférence TEDWomen, qui a eu lieu cette année à San Francisco du 26 au 28 octobre. Dans son édito, Béatrice nous rappelle que « L’égalité sociale, professionnelle, économique entre les femmes et les hommes ne se fera pas sans une mixité des activités professionnelles, c’est-à-dire une “dé-sexuation” des savoirs et des compétences ». En tant que membre du comité d’inspiration, aux côtés de Florence Trouche, Marion Darrieutort, Anne Lalou, Claire Cano, Carine Preterre, mais aussi Vincent Froehlicher, et Olivier Ezratty, je connais la programmation à l’avance, et je peux vous dire sans trahir de secret, qu’il y aura sur scène parmi les 12 personnes remarquable qui interviendront, pour la première fois dans un TEDxWOMEN à Paris, la présence de deux hommes exceptionnels (#Teasing). Une manière symbolique et concrète de rappeler que l’égalité Femme/Homme est un enjeu qui ne devrait pas moins concerner les hommes que les femmes, d’où ce post #JourDuPenseur spécial, et son titre : Et si la mixité était aussi au rendez-vous dans les rangs de la salle vendredi ?

Capture d’écran 2016-10-29 à 12.33.43

Si vous ne l’avez pas déjà vue, je vous recommande vivement de prendre le temps de regarder la vidéo ci-dessous. Il s’agit du lancement du mouvement HeForShe sous l’égide de l’ONU, par l’actrice anglaise Emma Watson, rendue célèbre dans le monde entier pour son rôle dans les films Harry Potter. Un discours fort et émouvant qui mérite d’être vu en entier, et dont voici quelques extraits. « Pour mettre fin aux inégalités entre les sexes, et pour y parvenir, l’implication de tous est indispensable.Il faut mobiliser autant d’hommes et de garçons que possible pour qu’ils militent pour l’égalité des sexes. La lutte pour les droits des femmes est trop souvent associée à la haine des hommes. Cela doit cesser. Le féminisme se définit comme « la conviction que les hommes et les femmes doivent jouir des mêmes droits et des mêmes chances. C’est cela la théorie politique, économique et sociale de l’égalité des sexes. Alors, pourquoi ce mot suscite-t-il un tel malaise, quand aucun pays dans le monde ne peut aujourd’hui se prévaloir d’être parvenu à instaurer l’égalité entre les hommes et les femmes ? En 1995, Hilary Clinton a prononcé un discours mémorable à Beijing sur les droits des femmes. Bon nombre des propositions qu’elle a formulées sont hélas restées lettre morte. Mais ce qui m’a le plus marqué, c’est que les hommes ne représentaient que 30 pour cent de son auditoire. Comment pouvons-nous espérer changer le monde quand la moitié de la population n’est pas invitée ou n’a pas le sentiment d’être la bienvenue pour prendre part au débat ? »

FB_IMG_1426178941677

« Messieurs, j’aimerais profiter de cette opportunité pour vous inviter formellement. L’égalité des sexes est aussi votre problème. Les hommes souffrent également de l’inégalité des sexes. Nous parlons peu des hommes qui sont prisonniers de stéréotypes liés au genre, mais je sais qu’il y en a, et que le jour où ils parviendront à s’en libérer, la situation des femmes s’en verra spontanément améliorée. Si les hommes n’ont plus besoin d’être agressifs pour se faire accepter, les femmes ne se sentiront plus obligées d’être soumises. Si les hommes n’ont plus besoin de dominer, les femmes n’auront alors pas à être dominées.Les hommes, au même titre que les femmes, ont le droit d’être sensibles. Les hommes, tout comme les femmes, devraient se sentir libres d’être forts… Il est grand temps que nous appréhendions l’égalité comme un spectre, au lieu d’y voir deux idéaux distincts et opposés. Si nous arrêtons de définir les autres en fonction de ce qu’ils ne sont pas et si nous cherchons plutôt à nous définir par ce que nous sommes, cela nous rendra plus libres, et c’est précisément la raison d’être de HeForShe, à savoir, la liberté. L’homme d’État anglais Edmund Burke a dit : « Pour que le mal triomphe, seule suffit l’inactivité des hommes de bien ». Il faut que les hommes relèvent ce défi, afin que leurs filles, leurs sœurs et leurs mères n’aient pas à subir un quelconque préjudice, mais aussi pour que leurs fils puissent se montrer vulnérables et humains, en reprenant possession de ces parties d’eux-mêmes qu’ils avaient mis de côté, afin de parvenir à une version plus vraie et plus complète d’eux-mêmes. » Donc, si, comme moi, vous pensez que le féminisme n’est pas le seul sujet des femmes, rejoignez-moi vendredi 4 novembre à 20h à la toute nouvelle (et magnifique) Salle PLEYEL !

Pour réserver vos places c’est ici : https://fr.xing-events.com/TEDxCEWomen2016.html



Ajouter un commentaire