Archives du mot-clef Copenhague

Et si on osait enfin reparler du contrôle des naissances ?

Ce post est une contribution spontanée de François Momboisse, l’un des plus fins commentateurs réguliers de ce blog (lire en particulier son commentaire du post « Et si on ne confondait pas information et communication ? », de mon point de vue particulièrement jubilatoire ! ).  Polytechnicien et Insead, François a travaillé longtemps dans le marketing grande consommation (P&G, Benckiser…) avant de rejoindre la Fnac, et de devenir en parallèle le Président (à vie ? ;-) ) de la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance). Sa contribution a le mérite de nous rappeler, à l’approche du sommet de Copenhague, à quel point l’enjeu du réchauffement climatique et l’enjeu de la démographie sont liés. Ce que l’on a un peu trop tendance à oublier…

Dans tous les débats actuels sur le réchauffement climatique, l’épuisement des ressources d’énergie fossile, ou la dé-croissance comme arme anti-pollution, il y a une idée qui tue qui est systématiquement évitée, c’est le contrôle des naissances. Pourquoi ?

Sans remonter jusqu’à Malthus au XIXème siècle, ce concept avait pourtant eu son heure de gloire dans les années 70 (que les anciens se souviennent du Club de Rome et du rapport Meadows). C’était l’époque où le contrôle des naissances était associé à l’avènement de la pilule et la prise de contrôle des femmes sur leur maternité. Et donc non seulement ce n’était pas tabou, mais totalement politiquement correct.

40 ans plus tard, nous sommes près de 7 milliards sur la terre, dont 1 milliard souffre de malnutrition. On nous annonce que nous serons 9 milliards en 2050, comme si ce chiffre était une donnée exogène. Dans le même temps, les pays qui souffrent le plus de malnutrition s’appellent Haïti, le Mali ou le Niger, c’est-à-dire comme par hasard les recordmen du monde du taux d’enfants par femme. Le simple bon sens, en plus des études scientifiques, suggèrerait donc d’au moins considérer le contrôle des naissances.

Or le sujet est totalement tabou, à mon avis pour 2 raisons :
- le problème ne se pose pratiquement que pour les pays du tiers monde, car les pays occidentaux (France exceptée ?) connaissent des taux de fécondité très faibles. Et donc il faudrait que l’ONU et les pays occidentaux « suggèrent » quelque chose aux pays du tiers monde. Et ça, ça n’est pas politiquement correct, pour des raisons qu’a très bien exprimées Pascal Bruckner dans « Le sanglot de l’homme blanc ».
- les religions sont contre le contrôle des naissances, et le grand changement depuis 40 ans, c’est qu’à côté ou à la place de la chrétienté et du Pape que personne n’hésite à brocarder sans vergogne, l’islam est apparu (quasi exclusif dans les pays africains cités), or on ne critique pas impunément l’islam.

Et donc jusqu’à peu le sujet est resté tabou, jusqu’à ce que le courageux et factuel Lancet vienne relancer le débat, en démontrant que le contrôle des naissances et un atout absolument capital pour lutter contre le réchauffement climatique. Si personne n’en parle à Copenhague, c’est que c’est vraiment l’idée qui tue !

world-population-growth-to-20501

Effets du Kamagra est différent pour tout le paix. Il suffit de ne pas dire quelle alternative est la meilleure option. Et il est intéressant pas pour tout le règne. Pas agréable de penser.